• ★ Actuallités Diverses ★

     

     

  •  

    Ce programme concerne les enfants dès 5 ans –une première pour le pays et dans le monde arabe. | Aaron Burden via Unsplash

     

    Le ministère de l'Éducation étudie depuis quelques mois le lancement d'un programme d'enseignement de nouvelles notions pour lutter contre les agressions.

     

    Le pays expérimente depuis quelques mois l’enseignement de nouvelles notions pour lutter contre les agressions.

    Le 2 janvier 2018, l’assemblée tunisienne a décidé de mettre le pays en conformité avec une convention internationale via un texte portant sur la protection des enfants contre l’exploitation et les agressions sexuelles: 125 député·es sur 217 ont choisi de voter en sa faveur. Le 1er février prochain, date d’entrée en vigueur de la loi, la Tunisie suivra donc les recommandations de cette convention de Lanzarote, présentée comme l’une des plus complètes en la matière.

    L’agenda est serré et la Tunisie est passée ces dernières semaines à la vitesse supérieure en annonçant l’introduction de l’éducation sexuelle dès l’école primaire. Mais les officiels ont très rapidement revu leur copie pour ne pas brusquer l’opinion publique: l’expression «éducation à la santé sexuelle» vient finalement d’être préférée et adoptée.

    Débat idéologique

    Les discussions de janvier 2018 à l’Assemblée ont été marquées par une prise de parole, celle d’une députée éminente du parti islamiste Ennahdha, Yamina Zoghlami, pour qui «il faut ancrer la culture sexuelle auprès des enfants. […] Cessons de parler de halal et de haram, et initions-les à se familiariser avec leur corps!»

    En demandant ainsi l’introduction de ce type de cours, elle a pris position dans un débat très ancien en Tunisie. Si l’éducation sexuelle existe dans le pays depuis les années 1990, elle est restée confidentielle, cantonnée aux centres de l’Office national pour la famille et la population (ONFP). Elle vise avant tout à lutter contre la transmission du sida au sein d’une jeunesse déscolarisée et marginalisée. À l’école, la sexualité est bien abordée mais du point de vue de la reproduction dans les cours de sciences naturelles. L’État absent sur ces questions, ce sont les organisations de la société civile qui ont pris le relais.

    Mais en Tunisie, où l’avortement est un droit depuis 1973, 16.000 IVG sont pratiquées en moyenne chaque année chez les jeunes femmes selon l’ONFP, un chiffre qui ne cesse d’augmenter et sert d’argument aux partisan·es de l’éducation sexuelle, que, cette fois-ci, le ministère de l’Éducation pourrait satisfaire.

    Contenu du programme

    Qu’est-ce qui est prévu concrètement? L’idée est de faire de la prévention contre les violences sexuelles. L’opinion publique tunisienne a été marquée ces derniers mois par une succession de scandales de pédocriminalité à l’école. L’affaire de Sfax, en mars 2019, une ville située à 250 kilomètres au sud de Tunis, est la plus marquante: un enseignant est accusé d’avoir harcelé et violé ses élèves de deuxième année de primaire. À l’époque, le ministère de l’Éducation a réagi immédiatement et annoncé des mesures. Chargée de mission auprès du ministère, Elhem Barboura explique: «Il faut libérer la parole et permettre à l’enfant d’identifier des actes malveillants.»

    Ce programme d’éducation sexuelleconcerne les enfants dès 5 ans –une première pour le pays et dans le monde arabe.Les élèves seront classé·es en trois tranches d’âge. De 5 à 8 ans, l’enfant doit comprendre que son corps est sacré et intégrer la notion d’intimité et des limites aux contacts qu’il peut avoir avec les autres. Que seuls les parents sont autorisés à faire certaines choses: «Il n’est pas question de parler de pratiques sexuelles. L’éducation sexuelle ne se limite pas à cela, on le sait, mais on ne veut pas choquer les parents ou même les enfants. D’ailleurs, ça sera fait dans un cadre culturel et religieux adapté», insiste Barboura.

    Le principe reste le même, dans les grandes lignes, pour les catégories suivantes. Les 8-12 ans et les 12-15 ans seront par ailleurs sensibilisé·es aux effets de la puberté et aux changements corporels qui en découlent pour pallier le manque d’information dans certaines familles. Il n’est pas question de parler de contraception, ni d’aborder la question du consentement sexuel ou encore de prévenir les grossesses non désirées dont on a vu que le chiffre est en hausse en Tunisie.

    «On espère pouvoir y remédier, tente Elhem Barboura. Mais ce n’est pas de notre ressort, ce n’est pas le travail du ministère de l’Éducation. En tout cas, pas dans le cadre de cette “éducation à la santé sexuelle”. En plus, c’est déjà prévu dans le cadre des cours de sciences naturelles qui parlent de la reproduction.» On touche ici aux limites du programme initié par les autorités tunisiennes qui concerne pour l’instant treize gouvernorats pilotes (l’équivalent de nos régions). Une phase de test qui doit préfigurer une généralisation à l’ensemble du pays.

    Des parents divisés

    Même dans ces conditions, l’éducation sexuelle inquiète certains parents et divise les familles. Mina, mère de trois enfants dont le petit dernier vient d’avoir 5 ans, est tout à fait pour: «C’est une bonne chose. Ce sont des questions assez sensibles et je pense que les parents sont plus légitimes pour s’en charger. Je reconnais aussi que tous les parents ne sont pas forcément à l’aise pour parler de ces questions-là. Il faut bien que quelqu’un le fasse.» Son mari Oussama y est farouchement opposé: «Ça va traumatiser le gamin, il ne va pas comprendre, surtout si c’est l’instituteur qui lui parle de ça. Quand tu t’adresses aux gosses, tu prends des pincettes parce que c’est un univers qu’ils ne connaissent pas. Et en plus tu dois les mettre en garde contre ça.»

    Oussama ne pense pas que ce soit le rôle de l’Éducation nationale de s’immiscer dans ces questions intimes. Même si le corps enseignant y est formé. Il dénonce «la tyrannie de l’État qui intervient dans tout et prend le relais de la société elle-même». Selon lui, s’il y a une sensibilisation à faire, à la limite, c’est au niveau des parents.

    Un avis en partie partagé par le ministère de l’Éducation, qui a lancé une campagne d’information à destination des parents pour qu’ils prennent conscience des risques de harcèlement sexuel et de la nécessité d’éduquer les enfants le plus tôt possible, avant même l’entrée en maternelle.

    Pour Ahlem Belha, pédopsychiatre et militante de l’Association tunisiennes des femmes démocrates (ATFD), ce programme va dans la direction prônée par son mouvement: «On réclame depuis plusieurs années que l’éducation sexuelle soit considérée comme un pilier de la prévention des violences faites aux femmes et aux enfants.» Il ne s’agit pas uniquement de lutter contre la pédocriminalité, estime Belha, mais plutôt d’inculquer des valeurs d’égalité assez tôt: «Quand on explique à un enfant que son corps lui appartient, il comprend que ça va dans les deux sens.»

    L’éducation sexuelle doit permettre de libérer la parole, de communiquer «autour de thèmes difficiles, d’apprendre à l’enfant qu’il peut tout dire». Mais d’après cette féministe, toute la société est concernée. Les enseignant·es sont en première ligne mais «chacun a son rôle à jouer: la famille, le milieu de la culture, les mass medias».

    Source: Slate

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • La lutte impitoyable pour le pouvoir s’appuie sur l’abolition ...

    | kla.tv/15526

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Image associée

     

    Big Pharma et Microsoft s’associent dans le cadre de l’alliance  » id2020  » qui combinera la vaccination et les puces implantables pour créer votre identité numérique
    sentinellesaps.com


    L’Alliance ID2020, comme on l’appelle, est un programme d’identité numérique qui vise à « tirer parti de l’immunisation » pour insérer de minuscules micro-puces dans le corps des gens. En collaboration avec l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination, également connue sous le nom de GAVI, le gouvernement du Bangladesh et divers autres  » partenaires gouvernementaux, universitaires et humanitaires « , l’Alliance ID2020 espère introduire cette marque de la bête afin de surveiller chaque être humain vivant sur Terre.

    Les grandes sociétés pharmaceutiques s’associent officiellement à l’industrie de la technologie pour jumeler l' » immunisation  » à la biométrie numérique, ce qui signifie que les humains seront bientôt dotés d’une puce électronique, suivis et contrôlés par une matrice d’identification mondiale.

    Depuis des années, nous observons le fondateur de Microsoft, Bill Gates, aujourd’hui retraité de l’entreprise qu’il a fondée, utiliser ses milliards pour offrir des  » vaccinations gratuites  » aux habitants des pays du tiers monde. Aujourd’hui, Bill est devenu partenaire fondateur d’une autre entreprise, l’Alliance ID2020, dont l’objectif est de donner à chaque être humain sur Terre un identifiant numérique. Comment envisagent-ils de réaliser cet exploit ? En combinant les vaccinations obligatoires avec des puces implantables. C’est génial, n’est-ce pas ? « Et bientôt au théâtre près de chez vous », comme le dit l’adage.

    Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six.

    Apocalypse 13:16-18
    Vous savez maintenant ce que Bill Gates et son épouse Melinda ont vraiment fait au cours des dix dernières années, en voyageant dans des pays tiers et en vaccinant gratuitement les pauvres indigènes opprimés. Ces  » vaccinations gratuites  » étaient des recherches et un laboratoire d’essais vivants pour effectuer les expériences nécessaires à la formation de ID2020.

    Et comme vous le verrez aujourd’hui, cet hybride impie de vaccinations et de puces implantables est déjà en cours au Bangladesh, bientôt à Boston. Une page du site Web de la Fondation Gates indique que Bill et Melinda ont jusqu’à présent investi plus de 2,5 milliards de dollars dans ce projet, sans qu’aucune fin ne soit en vue. L’homme qui a mis le monde derrière un ordinateur personnel peut-il maintenant mettre une puce de vaccination à puce électronique dans la population mondiale ? Bill Gates est absolument certain qu’il peut le faire et qu’il est en bonne voie d’atteindre cet objectif.

    Que personne ne vous séduise d’aucune manière; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu. .

    2 Thessaloniciens 2:3,4
    Nous vous mettons en garde à ce sujet depuis 10 ans, et c’est ce qui se passe maintenant. Êtes-vous prêt pour la suite ? J’espère que vous l’êtes. Continuez à chercher cette espérance bénie, et Dieu merci, elle précède le temps de la détresse de Jacob. Si seulement mon ami Carl Sanders, l’homme qui a été le premier à révéler les rouages de l’équipe qui a créé la puce RFID, avait vécu assez longtemps pour voir ce jour.



    Les vaccins sont maintenant utilisés pour recueillir les identités biométriques de tout le monde ; Big Brother fusionne avec Big Pharma.

    DE NATURAL NEWS : L’Alliance ID2020, comme on l’appelle, est un programme d’identité numérique qui vise à « tirer parti de l’immunisation » pour insérer de minuscules micro-puces dans le corps des gens. En collaboration avec l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination, également connue sous le nom de GAVI, le gouvernement du Bangladesh et divers autres  » partenaires gouvernementaux, universitaires et humanitaires « , l’Alliance ID2020 espère introduire cette marque de la bête afin de surveiller chaque être humain vivant sur Terre.

    Tout comme les bovins sont marqués avec des marques auriculaires, cette alliance mondialiste veut que tous les humains soient « vaccinés » avec des puces de pistage numériques qui créeront un système de surveillance transparent pour le Nouvel Ordre Mondial afin de gérer les populations du monde avec facilité.

    « NOUS METTONS EN ŒUVRE UNE APPROCHE PROSPECTIVE DE L’IDENTITÉ NUMÉRIQUE QUI DONNE AUX INDIVIDUS LE CONTRÔLE DE LEURS PROPRES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS, TOUT EN CONTINUANT À DÉVELOPPER LES SYSTÈMES ET PROGRAMMES EXISTANTS « , DÉCLARE ANIR CHOWDHURY, CONSEILLER POLITIQUE CHEZ A2I, LE  » PROGRAMME D’ACCÈS À L’INFORMATION  » DU GOUVERNEMENT DU BANGLADESH.

    « Le gouvernement du Bangladesh reconnaît que la conception de systèmes d’identité numérique a des implications considérables pour l’accès des individus aux services et aux moyens d’existence, et nous sommes impatients d’être les premiers à adopter cette approche,  » ajoute-t-il.

    Bien que les terrains d’essai du programme ID2020 se trouvent principalement dans le Tiers-Monde, le groupe dit qu’il travaille aussi maintenant avec les gouvernements ici aux États-Unis pour commencer à vacciner les gens par micro-puce.

    AUSTIN, AU TEXAS, PAR EXEMPLE, LA POPULATION SANS-ABRI EST MAINTENANT EXPLOITÉE COMME COBAYE COLLECTIF POUR LE PROGRAMME DE VACCINATION PAR MICROPUCE DE L’ID2020, QUI, SELON LE GROUPE, AIDERA À « AUTONOMISER » LES SANS-ABRI EN LEUR DONNANT SOI-DISANT « CONTRÔLE » SUR LEURS DONNÉES PERSONNELLES.

    « La ville d’Austin, ID2020, et plusieurs autres partenaires collaborent avec les sans-abri et les prestataires de services qui s’engagent avec eux pour développer une plate-forme d’identité numérique basée sur une chaîne de blocs appelée MyPass pour permettre aux sans-abri de disposer de leurs propres données d’identité, » écrit Chris Burt pour BiometricUpdate.com.


    ID2020 est également en train de vacciner des réfugiés avec ses deux premiers programmes pilotes, iRespond et Everest, au moyen d’une puce électronique. Selon les rapports, iRespond a  » améliorer la continuité des soins  » pour plus de 3 000 réfugiés recevant des traitements médicamenteux pour des maladies chroniques. Everest, d’autre part, a « aidé à fournir l’accès à des subventions énergétiques critiques et à une gamme de services supplémentaires avec des identités numériques sécurisées et centrées sur l’utilisateur, sans avoir recours à un téléphone intelligent », écrit Burt.

    Tout cela prépare le public à un éventuel mandat de vaccination par micro-puce, qui sera nécessaire pour chaque individu afin d’acheter et de vendre des biens. Chowdhury l’a ouvertement admis en déclarant que les systèmes d’identité numérique seront nécessaires pour  » l’accès des individus aux services et aux moyens de subsistance « .

    En d’autres termes, la Bible a raison : Un système d’identification global est en cours d’élaboration et sera éventuellement nécessaire pour que les gens puissent fonctionner dans la société et, en fin de compte, survivre. Sans ces micropuces dans leur corps, les gens ne seront pas en mesure de travailler, encore moins de manger, et tout cela se passe sous nos yeux.

    N’oubliez pas que l’ID2020 fait partie de ce que l’on appelle le « REAL ID », qui sera bientôt nécessaire pour ceux qui souhaitent voyager. REAL ID sera également utilisé comme méthode détournée pour mettre en œuvre des politiques de vaccination obligatoire pour les adultes.

    Notre Manifeste | ID2020

    Nous croyons que la capacité de prouver son identité est un droit humain fondamental et universel. Les partenaires de l’Alliance ID2020 définissent conjointement les exigences fonctionnelles, influençant le cours de l’innovation technique et offrant une voie vers l’interopérabilité technique, et donc la confiance et la reconnaissance.

    L’Alliance ID2020 est un partenariat public-privé qui s’engage à améliorer la vie des utilisateurs grâce à une identité numérique centrée sur l’utilisateur, portable et protectrice de la vie privée. Le Sommet de cette année, convoqué par ID2020 Alliance, a réuni des leaders et des innovateurs dans le domaine pour discuter des exigences techniques et non techniques afin de produire une feuille de route collective qui nous mène vers une large adoption de la  » bonne  » identité numérique pour tous.

    Traduit par: SENTINELLE SAPS


    Sur le même thème

    Le Pape lancera l'an prochain un pacte mondial pour l'éducation
    Le Pape François invite les dirigeants mondiaux et les jeunes à se réunir au Vatican le 14 mai 2020 pour un événement intitulé "Réinventer l'Alliance éducative mondiale".

    Dans "Vatican"

    La marque de la bête ou le sceau de Dieu
    Voici une série de 8 enseignements sur la marque de la marque de la bête. 1. Le langage de l'Apocalypse 2. La bête ... et l'autre bête 3. Les passages bibliques sur la marque 4. Le front et la main droite 5. La marque ou le sceau ? 6. L'image…

    Slash monde sans cash
    Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. C'est ici…

    Tagged: Alliance ID2020 Big Pharma fichage biométrique ID2020 Marque de la Bête Micro-puce Microsoft Puce RFID Vaccinations

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique