•  

     

    L’offrande parfaite

    Derek Prince Ministries

     

    Jésus a été fait péché à cause de notre iniquité
    afin que nous soyons rendus justes de sa justice.

     

    Il a «plu» à l’Eternel de rendre Jésus malade ou de «le faire maladie en le brisant.»

    Jésus a été brisé par la maladie, physiquement. Son corps a été broyé, tailladé, mutilé, quel que soit le terme que vous voudrez employer. Il est totalement devenu maladie sur la croix.

    «Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, il verra une postérité….»        (Esaïe 53:10)

     

    Là où le français dit «un sacrifice pour le péché,» l’hébreu n’utilise qu’un seul mot asham, qui signifie «culpabilité» ou «péché» ou «sacrifice pour le péché.» Dans le langage de l’Ancien Testament, le même terme était utilisé à la fois pour ‘culpabilité’ ou ‘sacrifice de péché’. La raison en est que, sous la loi lévitique, lorsque les animaux étaient amenés en sacrifice, l’homme dont le péché devait être expié posait ses mains sur la tête de l’animal et confessait ses péchés au-dessus de lui, ce faisant, il transférait symboliquement son péché sur l’animal.

    De cette manière, le sacrifice pour le péché est devenu péché à cause du péché de l’homme. Puis, on se chargeait de l’animal, au lieu de tuer l’homme, on le tuait lui.

    Il est clair que tout cela est une représentation de la mort de Christ. L’auteur d’Hébreux disait qu’il était impossible pour le sang de taureaux ou de béliers d’ôter les péchés (voir Hébreux 10:4). Le système sacrificiel n’était qu’une image qui ramenait à la transaction accomplie sur la croix. Cependant ici, se rapportant à cet événement particulier, la Bible dit que Dieu a fait que la vie de Jésus soit péché. Voilà la réelle signification de «livrer sa vie en sacrifice pour le péché

    L’apôtre Paul a confirmé ce point lorsqu’il a cité Esaïe 53:10 dans le passage suivant:

    «Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.» (2 Corinthiens 5:21).

     

    Merci Jésus, pour ton œuvre sur la croix. Je proclame que Jésus a été fait péché à partir de notre iniquité afin que nous soyons rendus justes de sa justice. Amen.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    S’identifier à Jésus

     

    S’identifier à Jésus – DPM

     

    Jésus a souffert notre mort afin que nous recevions sa vie.

    En regardant au-delà de l’identification de Christ avec nous, nous voyons qu’à notre tour, par la foi et la repentance, nous pouvons nous identifier à lui, non seulement dans sa mort, mais également dans l’élévation qui l’a suivie.

    «Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c’est par grâce que vous êtes sauvés); il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ.»         (Ephésiens 2:4–6)

     

    C’est ici l’autre face de l’identification. Tout d’abord, Jésus lui-même s’est identifié à nous, la race déchue. Il a pris notre place, payé notre dette et souffert notre mort. Il a expié notre faute. Ensuite, lorsque que nous nous identifions à lui et à sa mort par la foi, nous sommes aussi identifiés à lui dans tout ce qui a suivi sa mort. Ephésiens 2:4-6 décrit trois grandes étapes de notre identification à Jésus. Tout d’abord: «Dieu… nous a rendus à la vie avec Christ.» Deuxièmement: «il nous a ressuscités ensemble.» Il nous a ressuscités avec Christ. Mais cela ne s’arrête pas là. Troisièmement: «Dieu… nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes.» Dieu nous a fait asseoir avec Christ sur son trône. Il nous a intronisés en Christ.

    Vous noterez les trois étapes ascensionnelles de notre identification avec Jésus: nous sommes rendus à la vie avec lui, ressuscités avec lui et intronisés avec lui. Pour monter, il faut descendre; du plus bas nous allons vers le plus haut. Dieu élève la plus basse position vers la plus haute et ce principe est celui qui régit toute la Bible. Il ne s’agit pas seulement d’histoire, mais de la mise en œuvre d’une loi universelle: Quiconque s’élèvera sera abaissé, et quiconque s’abaissera sera élevé. (Voir Matthieu 23:12.)

    Merci Jésus, pour ton œuvre sur la croix. Je proclame que je m’abaisse devant Dieu, en m’identifiant à Jésus je suis rendu à la vie avec lui, ressuscité avec lui et intronisé avec lui, parce que Jésus a souffert ma mort afin que je puisse recevoir sa vie. Amen.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    _3336175-1

     

    QUAND LE VIN A MANQUÉ

    Par Gary Wilkerson

     

    « …Que veut dire“manquer de vin” pour le peuple de Dieu ?… »

    “Trois jours après, il y eut des noces à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus fut aussi invité aux noces, ainsi que ses disciples. Comme le vin venait à manquer, la mère de Jésus lui dit : Ils n’ont pas de vin. Jésus lui dit : Femme, qu’y-a-t-il entre toi et moi ? Mon heure n’est pas encore venue. Sa mère dit aux serviteurs : Faites tout ce qu’il vous dira” (Jean 2:1-5).

    La plupart des chrétiens savent que les noces de Cana est l’endroit où Jésus a accompli Son premier miracle :

    “Tel fut à Cana en Galilée, le commencement des miracles que fit Jésus. Il manifesta sa gloire” (2:11).  

    Christ venait juste de commencer Son ministère et avait déjà un petit nombre de disciples qui Le suivaient. Maintenant, en accomplissant ce miracle, Il a révélé Sa gloire au monde d’une façon spectaculaire.

    Pourtant, ce miracle que Jésus a accompli à ce moment là revêt également une grande signification pour l’Eglise, au delà de cette époque et de cet endroit. Le verset 3 comprend une phrase d’une puissante symbolique : “Comme le vin venait à manquer.”

     

    Dans tout le Nouveau Testament, le vin est associé à la présence manifeste de Dieu par le Saint Esprit.

    Paul l’évoque lorsqu’il écrit : “ Ne vous enivrez pas de vin : c’est de la débauche. Mais soyez remplis de l’Esprit” (Éphésiens 5:18).

    Que veut dire“manquer de vin” pour le peuple de Dieu ?

    Dans cette scène, le vin était au centre de la célébration du mariage, il coulait librement pour être servi aux invités. C’était une image d’un peuple joyeux chez qui l’Esprit de Dieu coulait librement. Mais un besoin s’est fait sentir parce que « le vin vint à manquer » et que le peuple avait besoin qu’il y en ait à nouveau pour maintenir la joie.

    En tant que Chrétiens, nous avons le Saint-Esprit présent en nous. Mais il est aussi vrai que nous avons besoin d’être continuellement rempli de l’Esprit. Chacun de nous expérimente des hauts et des bas dans notre marche avec Christ. Les moments où nous sommes en bas ne veulent pas dire que Son Esprit nous a quitté, mais ils veulent dire que nous sommes appelés, encore et encore, à assouvir la soif profonde que l’Esprit Lui-même a mis en nous.

     

    En tant qu’enfant de Dieu, nous avons besoin de nourriture spirituelle que Lui seul peut nous donner : une nourriture qui nous donne la capacité d’aimer les autres comme Lui aime, de mener une vie sainte qui Lui plaise, et d’apporter Sa parole avec assurance.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique