• Le président israélien Rivlin devrait demander à Netanyahu de former un nouveau gouvernement

     

    Le président israélien Rivlin devrait demander à Netanyahu de former un nouveau gouvernement

    Un certain nombre de divergences subsisteraient entre Netanyahou et Gantz sur la composition et les politiques d’un gouvernement d’union nationale.

    Dans la foulée de la publication officielle des résultats définitifs de l’élection du 17 septembre à la Knesset, le président Reuven Rivlin devrait annoncer mercredi la nomination du Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu dans le but de former une nouvelle majorité au pouvoir au parlement, selon le journal Ynet.

    Les résultats définitifs montrent que le parti Likoud de Netanyahu a remporté un siège de plus que prévu, ne totalisant qu’un seul siège, 33-32, contre Bleu Blanc, dirigé par MK Benny Gantz.

    Netanyahu est perçu comme ayant une chance un peu plus grande d’obtenir une majorité.

    « Lors d’une réunion prévue jeudi soir à la résidence du président, Netanyahu et le leader de bleu blanc, Benny Gantz, informeront le président de la progression des négociations en vue de la formation d’un gouvernement d’union », a déclaré Ynet .

    Cependant, ajoute-t-il, même avant cela, « Rivlin envisage de charger le Premier ministre Benjamin Netanyahu de former un gouvernement de coalition dès ce mercredi soir, indépendamment de l’évolution des négociations entre les deux principaux partis ».

    Un certain nombre de divergences subsisteraient entre Netanyahou et Gantz sur la composition et les politiques d’un gouvernement d’union.

    Une source à la résidence du président a déclaré  qu’un clin d’œil à Netanyahu ne signifierait «en aucun cas» que Rivlin avait renoncé à l’idée d’un gouvernement d’union nationale.

    «Il pense toujours que c’est une meilleure idée. Nommer Netanyahu ne serait qu’une étape de procédure pour lancer le processus », a déclaré la source.

    Le député élu, Ayelet Shaked, chef du groupe de droite Yemina, a exhorté Netanyahu à ne pas abandonner les partis de droite dans leurs efforts pour former un gouvernement.

    Learn Hebrew online

    Le député Avigdor Liberman, qui a appelé à une coalition pour l’unité, a déclaré que le Premier ministre sortant devrait faire preuve de souplesse dans la mise en place d’un tel gouvernement.

    «Netanyahu aura 28 jours pour former une coalition et s’il échoue, il peut demander un délai supplémentaire. Le président a la prérogative d’accorder une prolongation ou non », note Ynet . Rivlin a déjà indiqué que, dans une telle éventualité, il pourrait ne pas donner de prolongation et pourrait désigner un autre candidat.

    https://www.europe-israel.org

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

    Merkel rencontre Abbas à Berlin et confirme son soutien à un État palestinien

    Jeudi, la chancelière a réitéré le soutien de l’Allemagne à la « solution des deux États » lors de sa rencontre avec le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

     

    a chancelière fédérale Angela Merkel a déclaré jeudi que l’Allemagne continuait de croire qu’une solution à deux Etats pour les Israéliens et les Palestiniens serait le seul moyen pour les deux peuples « de vivre dans la paix et la sécurité ».

    Merkel a souligné son soutien à une solution à deux États avant les pourparlers avec le président palestinien Mahmoud Abbas à la Chancellerie de Berlin.

    «Nous apprécions les efforts de la chancelière Merkel pour créer une coopération multilatérale en dehors de solutions unilatérales visant à créer la stabilité et la paix dans le monde», a déclaré Abbas.

    Il a souligné l’importance du rôle de l’Allemagne au Moyen-Orient et a remercié le pays pour son soutien financier aux organisations palestiniennes.

    L’Allemagne est l’un des plus gros donateurs des Palestiniens, leur ayant octroyé quelque 110 millions d’euros (201,8 millions de dollars) rien qu’en 2018.

    Au cours des dernières années, les agences gouvernementales allemandes ont fait l’objet d’une surveillance minutieuse en Israël pour avoir fourni des fonds à des organisations palestiniennes liées au terrorisme, à l’antisémitisme et à d’autres formes de haine et d’extrémisme.

    En février, le Jerusalem Post a annoncé que des organisations humanitaires allemandes et un groupe de réflexion du Parti vert avaient fourni des fonds à une « ONG palestinienne employant des terroristes condamnés du FPLP et prônant le boycott de l’Etat juif », citant un rapport de 22 pages du ministère israélien des Affaires stratégiques. intitulé «La piste de l’argent: financement par l’Union européenne d’organisations promouvant le boycott contre l’État d’Israël».

    Le rapport du gouvernement a révélé qu’une des organisations palestiniennes de «défense des droits de l’homme» soutenues par des fonds allemands, Al-Haq, «est dirigée par un ancien haut responsable de l’organisation terroriste désignée par l’Union européenne, le Front populaire de libération de la Palestine.

    « Shawan Jabarin, directeur général d’Al-Haq, a purgé une peine de trois ans de prison pour activités terroristes. Il emploie actuellement d’anciens militants du FPLP, également incarcérés pour implication dans le terrorisme », selon le rapport.

    Les États-Unis et Israël ont également qualifié le FPLP d’entité terroriste.

    En mai, un rapport publié dans la publication allemande Bild, basé sur des «documents divulgués contenant des contrats de financement et des rapports internes» liés à la Société allemande de coopération internationale (GIZ), «révèle que l’argent des contribuables allemands est acheminé vers des groupes liés aux groupes terroristes , qui propagent l’antisémitisme et promeuvent des campagnes du BDS (boycott, désinvestissement et sanctions) contre Israël », a annoncé l’ONG Monitor dans un communiqué.

    La GIZ reçoit 1,9 milliard d’euros par an de fonds du gouvernement allemand.

    Plus tôt en août, le fils du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Yair, s’est adressé à un groupe pro-israélien en Allemagne (ICEJ), appelant le public à dire à ses élus de « cesser de s’immiscer dans les affaires intérieures israéliennes » et de « cesser tout financement des ONG en Israël ». et l’Autorité palestinienne. « 

    Netanyahu a déclaré à la foule que les «centaines de millions d’euros» envoyés aux ONG en Israël et à l’Autorité palestinienne devraient plutôt être utilisés pour les besoins des «personnes âgées, malades et pauvres en [Allemagne]», au lieu de «s’immiscer dans la affaires intérieures d’une démocratie amicale ».

    © Brigitte Finkelstein – Europe Israël News

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    15 JANVIER: 70 NATIONS SE RÉUNIRONT À PARIS POUR DISCUTER DE L'AVENIR D'ISRAËL

     
     
    «Voici, je viens comme un voleur. Heureux celui qui veille, et qui garde ses vêtements, afin qu’il ne marche pas nu et qu’on ne voie pas sa honte!» (Apocalypse‬ ‭16:15‬ ‭LSG‬)‬ - LIRE AUSSI PSAUME 83 - EZEKIEL 38 ET 39 !!!

    Le 15 janvier, des représentants de 70 pays différents se réuniront à Paris, en France, pour une conférence mondiale sans précédent. L'objectif déclaré de cette conférence est de promouvoir une «solution à deux États» comme la manière dont une paix durable sera apportée au Moyen-Orient.

    En Israël, on craint beaucoup que tout ce qui est convenu lors de cette conférence sera immédiatement utilisé comme base pour une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU qui diviserait en permanence la terre d'Israël et créerait un Etat palestinien.

    Mais les choses devraient se déplacer très rapidement pour que cela se produise, parce que le temps de Barack Obama à la Maison Blanche vient à son terme le 20 janvier, et Donald Trump a déjà fait très clairement qu'il n'appuierait jamais une telle résolution.

    La résolution du Conseil de sécurité de l'ONU qui a été adoptée vendredi a été l'un des événements les plus importants que nous ayons vécus depuis des décennies. La résolution 2334 a rendu illégales toutes les colonies israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, elle a établi les lignes de cessez-le-feu de 1967 comme la frontière entre les Israéliens et les Palestiniens et elle a accordé chaque pouce de Jérusalem Est aux Palestiniens.

    Mais il a cessé de donner la reconnaissance officielle du Conseil de sécurité de l'ONU à un Etat palestinien, et c'est pourquoi cette conférence le 15 janvier est si importante.

    Le gouvernement israélien aurait peur que toute ligne directrice convenue à Paris soit transformée en une autre résolution de l'ONU avant l'inauguration de Trump.

    Un porte-parole de Netanyahou a affirmé avoir "preuve irrégulière" que l'administration Obama avait comploté dans les coulisses pour promouvoir la résolution de l'ONU. Israël a déclaré qu'il présentera des preuves contre l'administration Obama à l'équipe entrante Trump.

    Si ce qu'affirme un journal égyptien est vrai, alors il pourrait bien y avoir une conspiration internationale contre Israël. Selon une transcription publiée par le journal Al-Youm Al-Sabea, John Kerry et Susan Rice, conseillère en sécurité nationale des États-Unis, ont rencontré des responsables palestiniens au début de décembre et lui ont présenté le plan de Kerry à ce moment-là ...

    Lors d'une réunion au début décembre avec le haut négociateur palestinien Saeb Erekat, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a déclaré aux Palestiniens que les Etats-Unis étaient prêts à coopérer avec les Palestiniens au Conseil de sécurité, -Sabea journal.

    Ont également assisté à la réunion la Conseillère en sécurité nationale des États-Unis, Susan Rice, et Majed Faraj, directeur du Service général de renseignement de l'Autorité palestinienne.

    Kerry a déclaré qu'il pourrait présenter ses idées pour une solution de statut final si les Palestiniens s'engagent à soutenir le cadre proposé. Les responsables américains ont conseillé aux Palestiniens de se rendre à Riyad pour présenter le plan aux dirigeants saoudiens.

    L'administration Obama nie tout cela bien sûr. Mais si elle est vraie, alors la trahison d'Israël par Obama est beaucoup plus profonde que chacun de nous a réalisé.

    Avec moins d'un mois pour aller dans sa présidence, Barack Obama a décidé de lancer une attaque globale sur Israël. Une fois la résolution 2334 adoptée et le tumulte contre elle a été limitée, qui a encouragé l'administration Obama à aller à la casse.

    Maintenant, il semble qu'ils pourraient réellement essayer d'obtenir un état palestinien créé avant qu'il quitte le bureau le 20 janvier, et si cela arrive, il sera absolument catastrophique pour l'Amérique.

    Vous voyez, la vérité est que nous avons été avertis depuis de nombreuses années que notre terre sera divisée après la terre d'Israël est officiellement divisé en deux États. Beaucoup d'entre nous ont veillé à la création d'un État palestinien depuis très longtemps, et maintenant nous sommes peut-être sur le point de le faire.

    Quand Donald Trump prendra ses fonctions, il ne sera pas en mesure de renverser la création d'un Etat palestinien, mais une chose qu'il pourrait faire serait de déplacer l'ambassade américaine à Jérusalem.

    Si cela se produit, les Palestiniens promettent de lancer une énorme colère ...

    Lorsqu'on lui a demandé comment les Palestiniens réagiraient si Trump avait promis de transférer l'ambassade américaine à Jérusalem, Erekat aurait déclaré que l'Organisation de libération de la Palestine annulerait sa reconnaissance d'Israël et demanderait aux Etats arabes d'expulser leurs envoyés américains.

    Erekat a précisément fait cette menace lors d'une conférence téléphonique du 19 décembre organisée par le forum de Wilson Center. Il a déclaré qu'il démissionnerait immédiatement en tant que principal négociateur palestinien, et que "l'OLP annulerait sa reconnaissance d'Israël" ainsi que tous les accords précédemment signés avec Israël.

    En outre, a déclaré Erekat, toutes les ambassades américaines dans le monde arabe seraient forcées de fermer - pas nécessairement parce que les dirigeants arabes voudraient les fermer, mais parce que le public furieux dans le monde arabe ne permettrait pas "aux ambassades de continuer à opérer.

    En fin de compte, tout ce qui se passe maintenant ouvre la voie à la plus grande guerre au Moyen-Orient que nous ayons jamais vue.

    Donc, au lieu que ce «processus de paix» soit la solution, il va effectivement faire exploser le Moyen-Orient dans la violence.

    Source:http://www.prophecynewswatch.com/article.cfm?recent_news_id=910
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique