• L’ÉVANGILE

     

    L’ÉVANGILE

    Par Paul Washer

    Ce message est pour chacun d’entre vous aujourd’hui.

    Je voulais prêcher sur un sujet et quand je suis rentré, j’ai réalisé que j’avais besoin de prêcher autre chose, quelque chose qui m’est très cher. Nous devrions être là pour un bout de temps, mais… ceci est tellement nécessaire !! Si vous voulez savoir quel est le but de cette assemblée, c’est ce que vous allez apprendre aujourd’hui. Il concerne l’évangile de Jésus Christ et vous vous dites «  oh, je connais tout cela »

    Non, vous ne le connaissez pas…. Et moi non plus.

     

    J’en sais un peu quelque chose, vous en savez un peu quelque chose mais vous ne savez pas tout ce qu’il y a à savoir. Aujourd’hui en Amérique, on nous raconte en général que l’Evangile est la première chose qu’on apprend et que par la suite on va vers des choses plus importantes. Non !!! Comme je l’ai dis l’autre soir, le moment ou Jésus revient, vous connaîtrez tout concernant sa deuxième venue mais vous passerez une éternité au paradis et vous ne comprendrez toujours pas toute la gloire de Dieu révélée dans l’Evangile. Je vais vous parler de l’Evangile et je vais partager avec vous des choses que peut être vous n’avez jamais entendues auparavant.

    J’aimerai que l’on commence avec la deuxième épître aux corinthiens 5 v20 et 21. Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu adressait par nous cette invitation aux hommes : «  C’est au nom du Christ que nous vous en supplions : soyez réconciliés avec Dieu. »

    C’est ma supplication aujourd’hui pour vous, que vous soyez réconciliés avec Dieu, que vous deveniez chrétiens, que vous croyiez au Seigneur Jésus Christ, et que vous soyez sauvé. Maintenant voici le problème : Il y a tellement de gens qui disent ça aujourd’hui puis ils commencent à vous conduire à travers un petit programme, quelques questions, et si vous dites oui à chacune d’elles, à la fin ils vous demanderont si vous voulez répéter une prière après eux. Et si vous le faites, ils diront :

    – « Vous êtes sauvé ! Bienvenue dans la famille de Dieu ! »

    Je suis navré, mais je ne vais pas faire cela.

    Je vais vous parler de l’évangile et je vous supplierai de vous détourner de vos pêchés et de croire en Jésus Christ.

    Je vous dirai comment une personne peut avoir l’assurance, comment on peut savoir qu’on est sauvé, mais je ne peux pas vous dire que vous êtes sauvé, c’est le travail du St Esprit. Et je vous mettrai en garde sur le fait que peu importe combien vous criez à Dieu pour être sauvé ou combien votre foi est grande, si votre vie ne commence pas à changer, il n’y a aucune preuve que vous croyez au Seigneur Jésus Christ et que vous soyez sauvé. C’est la vieille méthode et j’en suis un ambassadeur et en tant qu’ambassadeur il me faut clarifier cela. Mais je dois aussi vous faire comprendre ce que c’est que l’Evangile, et nous allons le faire aujourd’hui. Maintenant au verset 21 Paul écrit, parlant de Dieu en Christ, qu’il a fait devenir «  Christ péché », Dieu a fait devenir Jésus, celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.

    Je sais que vous avez déjà entendu ce verset, mais le comprenez vous ?

    Regardons la première partie : Lui, Dieu, a fait devenir, Jésus, qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous,

    Vous savez, il y a plein de choses que Jésus a faites, qui étaient vraiment extraordinaires. Vraiment étonnantes : Il a chassé des démons, il a marché sur l’eau, il a calmé la mer, il a fait revenir des morts à la vie. Il a fait tellement de choses, mais vous savez, ce que je crois être la chose la plus étonnante concernant Christ, c’est qu’il était sans péché. Je voudrais que vous y pensiez. Vous vous dîtes, « oh oui, il n’a jamais violé les lois de Dieu ». C’est vrai, mais cela va encore plus loin, je voudrais que vous y réfléchissiez. Dans toute votre vie, dans toute votre vie entière et dans votre âme, il n’y a jamais eu un moment, un seul moment ou vous aimé Dieu comme Dieu mérite d’être aimé. Est-ce que vous réalisé cela ??

    Il n’y a pas un moment dans votre vie ou vous avez aimé Dieu comme Dieu mérite d’être aimé.

    Mais Christ a aimé le père à chaque moment de chaque jour de sa vie exactement comme le père mérite d’être aimé.

    Il n’y a jamais eu un moment dans votre vie ou dans la mienne, ou nous avons fait tout parfaitement pour la gloire de Dieu. Pas un seul moment, mais chaque action, chaque mot, chaque pensée que Christ a eu, tout a été parfaitement fait pour la gloire de Dieu. Est-ce que vous voulez être sauvé par vos propres bonnes œuvres ? Alors voici ce que vous devez faire : Vous devez reproduire, imiter Jésus Christ à la perfection du moment de sa naissance jusqu’à sa mort. Je pense que vous réalisez à présent :

    Vous avez échoué !!!! Pensez-y.

    Quelqu’un m’a demandé une fois : « Quel est le plus grand péché ? » et j’ai répondu en quelque sorte :

    – « Je suppose que le plus grand péché serait d’enfreindre le plus grand commandement »

    Le plus grand commandement est d’aimer notre Seigneur notre Dieu de tout notre cœur, notre âme, notre esprit, notre force. Vous ne l’avez jamais fait, et moi non plus. Mais Christ l’a toujours fait, pensez y !

    Quelle personne il était, quelle personne magnifique qui a marché sur cette terre. Mais il est dit «  Jésus, qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous. »

    Maintenant, qu’est ce que cela veut dire ? Si vous connaissez un peu la théologie, vous savez que : nous savons que cette question est très épineuse…. Qu’est ce que cela veut dire que le Père l’a fait devenir péché pour nous ? Les plus grands théologiens de ce monde vous diront « Soyez très prudent sur ce que vous allez dire, n’en dites pas de trop, n’en dites pas trop peu, c’est un texte vraiment difficile. »

    Vous voyez, vous l’avez lu plein de fois mais vous ne vous êtes pas pris le temps pour vous demander «  Qu’est ce que cela veut dire ? »

    Est-ce que cela signifie que lorsque Jésus était sur la croix, d’une certaine façon sa nature parfaite est devenue souillée et corrompue, est devenue péché ?

    Que d’une certaine façon son être parfait s’est transformé en quelque chose de moralement grotesque et de souillé comme le péché ?? Est-ce que ça veut dire cela ? Absolument pas !

    Il n’y a jamais eu un moment sur cette croix ou il a été autre chose que l’Agneau parfait de Dieu. Absolument parfait.

    Alors qu’est ce que cela veut dire qu’il l’a fait devenir péché ?? La réponse est dans la deuxième partie du verset. Il est dit : Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.

    Maintenant, il faut se demander comment un croyant devient juste ? Qu’est ce que cela veut dire qu’un croyant devient juste ? Cela ne signifie pas qu’à partir du moment où une personne croit en Jésus, cette personne devient parfaitement juste et ne pèche plus jamais, cela ne signifie pas qu’elle devient une créature parfaitement juste, incapable de péché. C’est en quelque sorte un terme égal. Cela signifie que :

    A partir du moment ou vous croyez en Jésus, devant le trône de Dieu, vous êtes légalement déclaré comme juste devant lui. Et non seulement que vous êtes légalement déclaré juste devant Dieu, mais que Dieu vous traite comme quelqu’un qui est juste devant lui.

    Est-ce que ce n’est pas une vérité magnifique ?? Il vous déclare légalement juste devant lui, en raison de ce que Christ a fait pour vous. Et puis il vous traite comme quelqu’un de juste devant lui, pas en se basant sur la façon dont vous avez vécu mais en se basant sur l’œuvre parfaite de Christ.

    Regardons encore ce que cela signifie que celui qui n’a pas connu le péché, Dieu l’a fait devenir péché pour nous. Cela ne veut pas dire que sur la croix Christ est devenu corrompu ou est devenu souillé dans sa personne ou sa nature…. Cela signifie que les péchés du peuple de Dieu ont été imputés à Christ ! Vos péchés ont été mis sur lui.

    Quand un croyant croit en Jésus, il n’est pas seulement pardonné mais la justice de Christ lui est donnée. C’est comme s’il était habillé de la justice de Christ. Sur cette croix, nos péchés ont été mis sur Christ. Est-ce que vous croyez ça ? Cela lui a été imputé, considérant que c’était les siens. Malgré cela il était le parfait, l’incorruptible, l’irréprochable Agneau de Dieu, nos péchés ont été placés sur lui, notre culpabilité a été placée sur lui et le père l’a traité comme il aurait dû nous traiter. Est-ce que vous voyez cela ?

    Comment il aurait dû nous traiter ? La colère de Dieu, la juste colère de Dieu aurait dû être déversée sur toute l’humanité à cause de nos crimes, mais notre culpabilité a été placée sur Christ et ce que nous méritions a été placé sur lui. La culpabilité qu’il a portée était la nôtre, c’est celle qui lui a été imputée, mais cela n’en déduit pas toute la souffrance. C’était une réelle culpabilité.

    Imaginez un homme qui est né dans le péché, qui vit dans le péché toute sa vie. C’est un homme avec des lèvres impures, il demeure auprès des gens avec ses lèvres impures, il est habitué au péché et il est accoutumé au jugement. Il est accoutumé à la désapprobation de Dieu et maintenant…La Bible dit : quand il mourra et se présentera devant Dieu, ce sera terrible pour cette créature pécheresse de se tenir devant un Dieu Saint. Une honte ! Bien que le cœur de cet homme soit de pierre, il éprouvera une incroyable honte à cause de son péché. Maintenant imaginez cela : Le fils incorruptible de Dieu qui n’a pas connu le péché, qui n’a jamais offensé son père, qui a seulement connu le sourire de son père. Sur cette croix à ce moment là, il a porté tous vos péchés et toute votre culpabilité, et il a ressenti la désapprobation de son père. Il n’y a aucun moyen de le décrire correctement….

    Imaginez un moment pour vous mesdames, qui n’avaient jamais posé un orteil sur le trottoir, vous avez vécu une vie protégée de tout, de bonté et de propreté. Et vous allez, disons à Chicago, et vous témoignez dans les rues et vous êtes parmi un groupe de prostituées, endurcies, maculées et corrompues ; et vous commencez à témoigner et soudainement la police débarque et vous embarque toutes en vous jetant dans le fourgon. Les prostitués ont l’habitude de ce genre de chose, elles rigolent, plaisantent et portent des injures contre la police mais vous, vous pouvez à peine respirer ! Votre honte est si grande, et vous vous sentez si sale. Vous n’avez jamais expérimenté quelque chose comme ça dans votre vie. Et puis brusquement ils vous amènent au commissariat. Ils prennent vos empruntes, ils se moquent de vous et ils prennent votre photo et vous jettent en prison. Et pendant que vous êtes assis là dans la cellule, tous les prostitués parlent de ce qui va se passer, comment elles vont se tirer d’affaire et elles se font les ongles et racontent des blagues en passant du bon temps. Cela ne les perturbe pas plus que ça. Mais vous, vous êtes rongée intérieurement par la honte…Vous voyez ?? Vous n’êtes pas accoutumée à ces choses et vous vous sentez sale.

    Imaginez Christ, qui n’a pas connu le péché sur cette croix, votre culpabilité, vos péchés lui ont été imputés et le père a traité le fils comme il aurait du nous traiter. C’est une chose vraiment terrible. Il y a un texte dans les écritures, dans le livre des Galates, ch 3, il est dit au verset 10 : « Maudit soit l’homme qui n’obéit pas continuellement à tout ce qui est écrit dans le livre de la loi »

    A présent je vais parler de vous et je vais dire des choses vraiment dures mais la raison pour laquelle je vais le faire est pour qu’a la fin vous ayez une idée de ce que Jésus a fait pour vous.

    « Maudit soit l’homme qui n’obéit pas continuellement à tout ce qui est écrit dans le livre de la loi »

    C’est vous et moi, sous une malédiction.

    Celui qui a brisé un commandement de la loi est coupable comme s’il les avait tous brisé. Et en effet nous avons brisé tous les commandements de la loi. Il n’y a pas un commandement que vous pouvez trouver que vous ou moi n’avons pas violé d’une certaine façon. Et la bible dit qu’à cause de cela nous sommes sous une malédiction. Avant Christ nous étions sous une malédiction.

    Etre sous une malédiction c’est être coupé de Dieu et coupé de son peuple. Mais je préfère le décrire de cette façon : être sous une malédiction signifie que devant tout le paradis saint, toutes les créatures bénies qui demeurent dans la présence de Dieu, vous et moi, qui sommes maculés, si noirs, si dégoûtants, si malsains, si répugnants devant eux, que la dernière chose que nous entendons quand nous ferons notre premier pas en enfer, sera que toute la création se tenant sur ses pieds applaudir et louer Dieu parce qu’il s’est débarrassé de nous !

    C’est a ce point que l’homme est mauvais, et si vous n’aimez pas entendre cela, alors vous ne pouvez aimer l’Évangile. C’est la réalité de notre péché. Vous dites « frère Paul, pourquoi dis tu celas ? » Parce que je veux que vous aimiez Dieu, je veux que vous appréciiez l’Évangile. Vous voyez, un homme riche ne porterait aucune attention si je lui offrais un sandwich, un homme affamé embrasserait ma main si je lui donnais un tel repas.

    Vous voyez, plus nous réalisons à quel point nous étions corrompus, malsains, tordus, maculés et répugnants avant la venue de Christ, plus nous pouvons nous réjouir de ce que Jésus a fait pour nous, parce que nous savons qu’il a dû porter cela à notre place.

    Christ a porté la malédiction, il a porté la malédiction !

    Il a souffert la malédiction qui était mienne, qui était la vôtre,

    vous voyez cela ?

    Quel prix il a payé !

    Une fois que vous aurez compris cela, vous ne vous poserez plus la question de savoir s’il vous aime ou non. S’il a fait cela, il fera quoi que ce soit

    A présent, dans le but de vous donner une idée de ce que Christ a souffert à cause de notre malédiction, je voudrais que nous allions un moment à Mathieu 5 et les béatitudes. Prenons les béatitudes qui sont des bénédictions de Dieu. Prenons-les et regardons ce que nous pouvons en apprendre de la croix. Il est dit :

    Heureux ceux qui se reconnaissent spirituellement pauvres car le royaume des cieux leur appartient. Heureux ceux dont le royaume des cieux leur appartient, mais maudit celui dont l’entrée lui est refusée.

    Vous voyez, vous entrez dans le royaume des cieux parce que Christ a porté la malédiction et qu’on lui a refusé l’entrée.. Quand il s’est écrié : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » A chaque fois que quelqu’un vous demande «  comment ça va ? »  Et vous répondez «  Je suis béni »,

    Réalisez juste que la seule raison pour laquelle vous êtes béni est parce que Jésus a été maudit. Cela ne fait que rajouter de l’ampleur à l’évangile. Cela enlève toute la superficialité. La personne bénie est bénéficiaire d’un confort divin, celle qui est maudite est l’objet de la colère divine. Paul a parlé du réconfort qu’il a reçu, et avec lequel il peut réconforter les autres. Le psaume 103 nous parle du réconfort de Dieu pour le croyant. La seule raison pour laquelle il y a de réconfort est parce que Christ a été maudit sur cette croix. La personne bénie est satisfaite, celle qui est maudite est misérable et honteuse. Celle qui est bénie reçoit la clémence, celle qui est maudite est condamnée sans pitié ;

    Juste en prenant aujourd’hui, entre le moment de me lever et d’aller à l’église, j’ai assez péché pour mourir. La grâce que j’ai reçue !!!C’est seulement parce qu’il a été coupé de Dieu sur cette croix. La personne bénie verra Dieu, la personne maudite est coupée de sa présence. Celles qui sont bénies sont des fils et des filles de Dieu, celle qui sont maudites sont reniées par Dieu dans la honte. « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »  Parce que sur cette croix, le fils de Dieu, parfait, a porté nos péchés et notre malédiction. Il a été traité par son père comme nous aurions dû être traités par Dieu. A présent, continuons.

    Je veux vous donner juste un petit cours historique de l’ancien testament. Dans les chapitres 27 et 28 de Deutéronome, Dieu a divisé la nation d’Israël en deux groupes. Un groupe sur le mont Gerizim et l’autre sur le mont Ebal. Ceux qui étaient sur le mont Ebal avait l’obligation de prononcer les malédictions, d’exprimer mes malédictions qui étaient placées sur celui qui brise les commandements de Dieu et viole son alliance. Et ceux sur Guerizim, prononçaient toutes les bénédictions. De cette montagne, d’une voix forte, à haute voix, toutes les bénédictions qui iraient sur ceux qui gardent l’alliance de Dieu et obéissent à tous ses commandements. Regardez, nous avons deux montagnes, le mont Ebal et la proclamation des malédictions tombant sur ceux qui désobéissent la loi, et le mont Gerizim et la proclamation de toutes les bénédictions reposant sur ceux qui gardent l’alliance.

    Ce que je veux que vous voyez c’est que votre montagne est le mont Ebal. Nous avons brisé l’alliance de Dieu, nous avons désobéi à chaque commandement, chacun de nous. Il n’y a qu’un groupe d’hommes, une race d’hommes, il n’y en a pas plusieurs. Nous venons tous d’Adam, nous sommes tous les fils de notre père Adam, et chacun de nous, comme notre père, a été désobéissant, a brisé les commandements de Dieu. Nous avons brisé l’alliance, chacun de nous. Nous sommes unis dans la rébellion contre Dieu, nous sommes une famille. Le mont Ebal est le nôtre,

    Le mont Gerizim appartient à Christ, le seul qui a gardé l’alliance. Il a respecté chaque commandement de son père. Il a honoré l’alliance à chaque seconde de sa vie !!! Oui, il l’a fait. Mais sur la croix cela a été l’inverse : Christ, le seul à avoir respecté l’alliance a été placé sur cette croix et toutes les malédictions du mont Ebal ont été placées sur sa tête. Et je voudrais que vous lisiez ces malédictions. Je voudrais que vous y réfléchissiez, elles sont tombées sur Christ.

    Je cite là quelque chose de R.C Sproul a dit il y a quelques années : «  Quand Christ, portant la culpabilité de son peuple a regardé vers le ciel en s’écriant : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? Le père a regardé le fils avec une désapprobation pleine de colère en disant ton Dieu te damne. » Pensez-y !

    Vous devriez être damné, je devrais être damné pour toujours. Dans le but que l’on soit sauvé quelqu’un a dû être damné, maudit, et puni à notre place.

    Voici l’alliance de la loi, je vais juste les lire et les appliquer à Christ. C’est comme si quand le fils a regardé vers le père, le père aurait répondu : «  L’Éternel déchaînera contre toi la misère, le désordre et la ruine dans tout ce que tu entreprendras et tout ce que tu exécuteras, jusqu’à ce que tu sois complètement détruit » (DT 28 :20) « Il te frappera de folie, d’aveuglement et d’égarement d’esprit, et tu tâtonneras en plein jour comme l’aveugle dans l’obscurité… sans personne pour venir à ton secours. » (DT 28 : 28-29) «  L’Éternel prendra plaisir à te faire périr et à te détruire. Ainsi vous serez arrachés du pays. (DT 28 : 63) vous serez maudit à la ville comme aux champs. (DT 28 :16) Maudits serez vous dans vos allées et venues, au départ comme à l’arrivée. (DT 28 :19) «  Le ciel au dessus de vos têtes sera aussi dur que du bronze, et la terre sous vous pieds sera comme du fer » (DT 28 :23) « Vous serez le sujet de moqueries et de dérision parmi tous les peuples ». (Dt 28 :37) «  Toutes ces malédictions fondront sur vous, vous poursuivront et vous atteindront, jusqu’à ce que vous soyez exterminés, parce que vous n’aurez pas obéi à l’Eternel votre Dieu, en observant les commandements et les lois qu’il vous a donné. » (DT 28 :45)

    Il a été maudit sur cette croix comme un homme qui a fait une idole et l’a érigée en secret. Il a été maudit comme quelqu’un qui a déshonoré son père et sa mère, qui a déplacé les limites du terrain de son voisin ou qui a induit en erreur un aveugle sur la route. Il a été maudit comme quelqu’un qui ne respecte pas la justice ^pour un étranger, un orphelin ou une veuve, comme quelqu’un qui est coupable d’immoralité et de perversion, qui blesse son voisin en secret ou qui accepte un pot de vin pour frapper un innocent. Il a été maudit comme quelqu’un qui ne se conforme pas à la loi en l’appliquant. Toutes les malédictions qui auraient dû tomber sur votre tête ou sur la mienne, sont tombées sur Christ,

    Le Saint et précieux fils de Dieu. Dieu est Saint et il est juste.

    Il ne peut pas simplement ignorer le péché. Il ne peut pas juste vous pardonner ; un règlement doit être fait. La justice de Dieu doit être satisfaite pour que la paix s’installe. Le seul moyen de satisfaire cette justice est que la colère soit déversée sur la tête du pêcheur. Mais Christ a pris la place du pécheur et a souffert ce qu’il méritait.

    Il y a un passage remarquable dans les proverbes qui dit ça : une malédiction injustifiée reste sans effet, elle est comme le moineau qui s’enfuit ou l’hirondelle qui s’envole. (PROV 26 :2) Aucune malédiction ne pouvait tomber sur Christ. Il était Saint, sans faute.

    Alors comment la malédiction a pu tomber sur lui, le seul à avoir garder l’alliance ? Comment cela s’est-il passé ? Parce que sur cette croix, il a porté votre péché. Il a porté chaque violation que vous avez commise contre la justice de Dieu. Le psalmiste, David, s’écriait : Heureux l’homme dont la faute est effacée, et le péché pardonné ! Heureux l’homme au compte de qui l’Éternel ne porte pas le péché et dans l’esprit duquel il n’y à point de fraude ! (PS 32 :1-2) A présent regardez ça : «  Heureux l’homme dont la faute est effacée, et le péché pardonné » Dieu ne peut pas couvrir le péché comme si cela ne s’était jamais produit. Ca ferait de lui quelqu’un d’injuste. Il doit satisfaire sa justice. C’est ce qui s’est passé sur cette croix. Vous voyez, peut être que vous n’avez jamais compris l’Evangile.

    Vous ne pouvez pas le contenir dans quatre lois spirituelles ou un tract ou vous devez savoir cinq choses de la part de Dieu. C’est l’Evangile ! Vous croyez qu’il n’y a pas de puissance dans l’Evangile, C’est parce que personne ne le prêche.

    Il y a de la puissance dans l’Évangile, mais il est scandaleux. L’homme le déteste, il s’en sent offensé, il grince des dents. Ils refusent d’entendre parce que cela dit ce que l’homme est réellement et il ne veut pas l’entendre. Mais il doit l’entendre dans le but d’être sauvé.

    A présent, «  Heureux l’homme dont la faute est effacée, et le péché pardonné. A quel point est heureux l’homme a qui le Seigneur n’impute pas l’iniquité » Sur cette croix le péché imputé à Christ a été exposé devant Dieu et les résidents du paradis. Il a été affiché devant les hommes et mis en spectacle devant les anges et les démons. Les transgressions qu’il a portées n’ont pas été pardonnées, et le péché qu’il a porté n’a pas été couvert. Si un homme est heureux parce que son iniquité ne lui est pas imputé, alors Christ a été maudit considérablement parce que l’iniquité de nous tous a reposée sur lui. Christ a été traité comme quelqu’un qui a brisé l’alliance dans la description du renouvellement de l’alliance de Moab. A présent, écoutez attentivement. Dans le renouvellement de l’alliance de Moab, Dieu dit quelque chose de très important au sujet de celui qui brise son alliance. Et écoutez le langage parce que j’y entends quelque chose qui me dit de regarder plus loin dans l’histoire, voila ce qui dit cela contre celui qui brise l’alliance. «  Il le séparera de toutes les tribus d’Israël pour le livrer au malheur, en lui infligeant toutes les malédictions que comporte l’alliance et qui sont mentionnées dans ce livre de la loi ». (DT 29 :20) Et le Seigneur effacera son souvenir de dessous le ciel » Votre nom devrait être effacé ainsi que le mien. «  Il se séparera de toutes les tribus d’Israël » Il devrait nous séparer du groupe pour une raison, nous punir « de toutes les tribus d’Israël pour le livrer au malheur en lui infligeant toutes les malédictions que comporte l’alliance et qui sont mentionnées dans ce livre de la loi. Vous voyez ?

    Nous sommes cet homme. Mais Christ est devenu cet homme qui a été séparé de toutes les tribus d’Israël. Le seul a avoir respecté l’alliance, ayant obéi à toute les choses de Dieu a été séparé, envoyé sur cette croix, de sa propre volonté sur cette croix il a porté notre péché, notre culpabilité, notre malédiction et il a été traité de cette façon devant un Dieu Saint.

    Allons là pour un moment dans les Nombres CH 6. Regardons le verset 24 : nous avons ce qui est appelé la bénédiction d’Aaron. C’était la bénédiction qui a été prononcée pour le peuple de Dieu. Verset 24 : «  Que l’Eternel te bénisse et te protège, Que l’Eternel te garde avec bonté ! Et qu’il te fasse grâce ! Que l’Eternel veille sur toi et t’accorde la paix ! ». C’est l’héritage du peuple de Dieu, c’est ce qui vous a été donné. A présent vous vous posez une question très importante ? : Comment une telle bénédiction a-t-elle pu être donnée à un pécheur comme moi ?

    C’est parce que cette bénédiction a été détournée du Christ : « L e Seigneur te maudit, le Seigneur te livre à la destruction ; Le Seigneur retire la lumière de sa présence sur toi et te condamne. Il détourne sa face de toi et te rempli de misère afin que tu t’écrives «  Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

    Je voudrais que nous pensions à quelque chose pour un moment. Quand vous entendez des sermons, spécialement à pâques, concernant la croix du Christ, on vous parle des clous dans ses mains et les coups de fouets et tout ce que les romains lui ont fait. Et c’est important à proclamer, mais si c’est tout ce que vous entendez de la croix, qu’il a été battu, qu’il a été cloué à la croix, qu’une couronne d’épines était sur sa tête, qu’une lance qui a été plantée dans le flan alors vous n’avez pas entendu le message de la croix, il n’a pas été prêché. Je me souviens quand Mel Gibson a sorti le film «  La passion du Christ », que je n’ai jamais vue, mais je me souviens avoir reçu beaucoup de mails de pasteurs venant de tous le pays disant «  Qu’est ce que tu penses de ce film ? » « Est-ce que tu l’acceptes ? Tu as des remarques a faire ? »

    Et j’ai répondu : «  J’ai plus de problèmes avec la façon dont les pasteurs prêchent l’évangile que j’en ai avec le film de Mel Gibson »

    Son film apparemment, d’après ce que j’ai entendu, a essayé de montrer la torture terrible que Christ a endurée pour l’homme. Et je vous assure, c’était pire que ce que quelqu’un peut s’imaginer, parce que il est dit qu’il était si défiguré en tant qu’être humain que vous n’auriez pas pu dire que c’était un homme de ce qui s’est passé. Vous vous souvenez quand Jésus était dans le jardin et s’écriait «  Ecarte de moi cette coupe, écarte de moi cette coupe, écarte de moi cette coupe ». Tout le monde se pose cette question : «  Qu’est ce qu’il y avait dans cette coupe ? » Qu’est ce qu’il y avait dans cette coupe pour que Christ angoisse tant ?? Et j’entends des gens dire «  Tu sais, Christ pouvait prévoir le fouet s’abattant sur son dos, ainsi que la couronne d’épines et les clous dans ses mains et ce que les romains lui ferait. » 

    Non !

    Vous pensez que Christ avait peur de la croix des romains ? Laissez-moi, au moyen de l’histoire, vous prouver que vous avez tort.

    Après que Christ soit mort, au moins pendant les 300 ans après, des dizaines de milliers de chrétiens ont été crucifiés et nous avons le témoignage que beaucoup d’entre eux allait sur la croix en chantant des hymnes racontant que c’était une joie de mourir pour son maître. Et vous allez me dire que les disciples de Jésus ont joyeusement accepté la croix, clouée à un arbre, pendant que le capitaine de leur salut était terrorisé dans le jardin ?? Vous pensez honnêtement que le capitaine de notre salut, le puissant Christ, tremblait en pensant à ce que les romains allaient lui faire ?

    La coupe, bien qu’elle contienne une croix romaine, n’était pas remplie d’une croix romaine.

    Elle était remplie de la colère du tout puissant Dieu. Le jugement, l’intense et la sainte haine de Dieu contre le péché ! C’est ce que Christ aurait aimé éviter, mais étant obéissant à son père, il a dit «  Pas ma volonté, mais la tienne ». 36 :41

    Laissez moi partager avec vous d’abord le Psaume 75 et puis Jérémie 25.

    Psaume 75 : «  L’Eternel tient dans sa main une coupe pleine d’un vin âpre et mélangé. Il en verse aux méchants sur la terre qui devront vider la coupe en buvant jusqu’à la lie. C’est une coupe pour les méchants de la terre, c’est le jugement de Dieu pour ces gens là » . Et puis Jérémie 25 dit cela à partir du verset 15 : «  Car voici ce que m’a déclaré l’Eternel, le Dieu d’Israël : Prends de ma main la coupe du vin de la colère et donne-la a boire à toutes les nations vers lesquelles je t’enverrai. Elles boiront, elles tituberont et seront comme folles devant l’épée que je vais envoyer contre elles. »

    Voyez-vous ? La coupe que craignait Christ était la colère de Dieu que vous et moi aurions dû subir, mais il a souffert cela à notre place. C’est cela l’Evangile, c’est ce qui c’est passé sur cette croix. Continuons.

    Juste deux illustrations rapides. Imaginez un barrage rempli à ras bord, élevé et large de milliers de KM. Et au pied de ce barrage, dans la vallée, se tient votre petit village, et soudainement, vous vous réveillez un matin et vous entendez un craquement. Et le mur du barrage est totalement désintégré. Et en l’espace d’une seconde, vous périssez en étant désintégré, en disparaissant de la surface de la terre. Alors que vous regardez avec horreur ce puissant déluge venant vers vous, vous réalisez qu’il n’y a aucun moyen d’y échapper, personne d’assez fort pour nager contre le torrent, tout le monde périra. Et juste avant que l’eau n’atteigne votre village ; le sol s’ouvre et absorbe toute l’eau dans ses profondeurs. Et pas une goutte de cette vague ne touche la plante de vos pieds. C’est ce que Christ a fait pour vous sur cette croix.

    Imaginez une meule pesant dix mille KG, placée sur une autre du même poids. Vous prenez un petit grain de blé et vous le mettez entre les deux. En une fraction de seconde, la pression entre le trou explose le grain et est réduit à néant. Cela donne une signification à ce que Christ a dit, «  Si le grain de blé que l’on a jeté en terre n meurt pas, il reste un grain unique. Mais s’il meurt, il porte du fruit en abondance. » (Jean 12 :24)

    Quelqu’un devait mourir.

    Je vais vous lire l’un de mes auteurs préfèrés et l’une des choses favorites qui ont été écrites en dehors des écritures. C’est de John Flavel, un ancien puritain. Si vous avez une chance de lire le premier volume de son travail, je vous le recommande. Il décrit là ce qu’il appelle « le dialogue entre le père et le fils » ou la négociation du père, comme Flavel l’appelle. C’est une discussion qui aurait pu se dérouler dans l’éternité au sujet du sacrifice que Christ a fait pour son peuple. Voilà ce que dit Flavel : Vous devez supposer que le père dise, quand il était en train de négocier avec Christ pour vous. Le père parle au fils en disant : «  Comment les méchants seront sauvés ? » et le père continue : «  Mon fils, voilà une société de pauvres, d’âmes misérables qui est complètement défaite, et qui se tient à présent devant ma justice. La justice exige d’être satisfaite pour eux ou se satisfera elle-même dans leur ruine éternelle. Vous voyez ? Ce n’est pas comme si il y avait certain principe de justice que Dieu devait soumettre, et pour cela il ne peut pas pardonner simplement, mais un paiement doit être fait. Non, Dieu est juste. Il est régulier et parfait dans tous ses attributs. Il ne peut pas aimer et sauver en dépit de sa justice. J’ai entendu des prédicateurs dirent : «  Au lieu d’être juste avec vous, Dieu était amour. » Si vous étudiez la logique, vous réalisez que cela signifie que l’amour de Dieu est injuste.

    Non mes amis. Dieu devait être juste et aimer en même temps. Dans sa justice il vous a condamné, dans son amour il est devenu un homme et a pris votre place en payant le crime, votre crime.

    Et puis le père a demandé au fils : «  Qu’est ce qui devrait être fait pour ces âmes ? » A quoi Christ a répondu, c’est le fils qui parle : «  Oh, mon père ! Mon amour et ma pitié sont si grand pour eux » Pensez-y, non comme un groupe, mais en tant qu’individu. Il nous a regardé et il a dit : « Père, mon amour est si grand pour cette personne et ma pitié pour lui. » Près qu’ils ont respecté aucun commandement, il disait toujours « Mon amour et ma pitié sont si grands » Un homme fier dirait : «  Je ne veux pas de ta pitié » Vous avez besoin de sa pitié. Nous sommes lamentables. Il dit : «  Tel est mon amour et ma pitié pour eux », plutôt que « Qu’ils périssent éternellement »

    « Je serai responsable pour eux comme leur garantie. Apporte toutes les factures, père, afin que je puisse voir ce qu’ils te doivent. »

    Parfois un jeune homme se marie. Et après s’être marié, il commence à devenir un peu tremblant sur ses engagements. Il se dit : «  Je n’avais aucune idée que le mariage était si dur. » «  Je ne sais pas vraiment si je suis fait pour ça. » Vous voyez, il se vantait en disant combien il aimerait cette fille. Mais il n’avait aucune idée de l’engagement qu’il allait faire. Là il dit au Père : «  Apporte moi tout ce qu’ils doivent, laisse moi voir. »

     

    Imaginez cela : il a vu tout ce que vous deviez à la justice. Il n’est pas allé à la croix aveuglément. Il n’est pas allé à la croix en disant : «  non Père, je ne veux pas faire cela, je ne savais pas que cela coûterait tant. »

    Il savait depuis l’éternité combien cela allait lui coûter, et il a tout payé malgré tout. Mais écoutez cela : « Apporte moi toutes les factures afin que je vois ce qu’ils te doivent. » « Seigneur, apporte-moi tout ».

    Croyant, si cela ne vous rend pas si heureux au point d’en pleurer ou de vous écrier de joie, vous n’avez pas compris ce que je suis en train de dire.

     

    « Il dit : apporte moi toutes les factures. Apporte moi les toutes afin qu’il n’y ait plus de jugement pour eux. »

    Vous voyez ce qu’il est en train de dire ? Apporte moi chacune de leurs factures du temps où ils sont nés jusqu’au moment de leur mort, tout ce qu’ils te doivent, Père apporte moi tout. Je veux toutes les voir, et sur cette croix je veux payer pour eux tous afin que tu n’aies plus jamais à traiter avec leurs péchés.

    Vous voyez cela, croyant ? Il n’aura plus jamais à juger ! C’est terminé. Tous vos crimes ont été payés. Vos crimes du passé, du présent et ceux que vous allez commettre dans le futur. Ils ont tous été payés.

    Et certains disent « Si vous dites cela aux gens, ils vont continuer à pécher. » Non, ils ne le feront pas, pas les vrais croyants. Les charnels, les méchants, les membres perdus des églises entendront cela et continueront à pécher. Mais les croyants diront :

     

    « Si son amour est comme ça, s’il m’a rendu complétement libre, je suis des siens ! Je ne veux plus pécher ! » « Je ne veux plus pécher ! »

    Vous voyez, frères, c’est ce qui mène à la sainteté, c’est pourquoi l’évangile est appelé « le secret du plan de Dieu » (1 Timothée 3 :16) C’est la chose qui produit la dévotion du croyant. Oui, il y a des commandements et des règles, mais ce n’est pas ce qui nous rend pieux. Ce qui nous rend pieux est de savoir que Jésus est mort pour nous. Et quand il est mort, il a payé pour chaque péché, passé, présent et futur. Et Dieu ne me rappellera plus jamais à être jugé par lui. Ne plus jamais !! Je suis libre ! Je suis libre ! Oh, merci Dieu, je suis libre !! Et vous dites : « Mais frère Paul, il est dit qu’il y aura un jugement pour les croyants. « (2 cor 5 :10) Oui, mais écoutez cela. Dans ce jugement quand vous regarderez la face du juge… ce sera votre frère. Celui qui vous jugera est celui qui est mort pour vous. Vous voyez ?? Vous êtes libres. Vous êtes libres ! Non coupable ! Allez toujours vers lui. Retournez toujours vers lui ! Courrez toujours vers lui ! Vous êtes libres ! Vous avez traversé une porte dont personne ne connait rien dans ce monde, c’est l’amour inconditionnel.

    Vous êtes aimés et cela, ne peut en rien être changé. En raison de l’œuvre parfaite de Christ sur cette croix pour vous. Il dit «  Je le prends sous ma responsabilité, Père. Je préfère souffrir la colère qu’ils méritent à leur place. Place sur moi, mon Père, place sur moi toutes leurs dettes. » C’est incroyable ! Ecoutez ce que le Père répond : » Mais fils, si tu prends leur place, fils, tu devras payer jusqu’à la dernière miette, tu devras payer chaque centimes et ne t’attends pas à une réduction, ne t’attends pas à ce que le jugement qui tombera sur toi soit moins pire que celui qu’ils méritent » Et voilà ce que le Père dit : « Si je les épargne, je ne t’épargnerai pas » Imaginez !!

    Et puis le fils dit : «  Très bien, Père, ainsi soit-il. Charge moi de tout, je suis capable de m’en acquitter »

    Juste là, c’est de la divinité. Personne ne peut dire cela ! Les anges ne peuvent pas le dire, personne à l’exception du puissant Christ, le seul fils de Dieu, peut s’en acquitter. Lui seul et personne d’autre. Même si cela provoque ma chute, même si cela appauvrit toutes mes richesses, vide tous mes trésors, je suis prêt à m’engager à le faire. «  Je le veux. »

    Vous savez, dans les philippiens, ou il parle de lui qui, dès l’origine était de condition divine, ne chercha pas à profiter de l’égalité de Dieu, mais c’est dépouillé lui-même, et il a pris la condition du serviteur (Phil 2 :6-7)

    Sous la loi d’Israël, si un homme était le serviteur d’un autre, et qu’il avait une femme et des enfants dans la maison qu’il servait, quand il venait le temps pour cet homme d’être libre, s’il aimait passionnément sa femme et ses enfants qui lui appartenaient, il allait voir son maître en disant «  Je veux pas être libre, je suis content d’être ici avec ma femme et mes enfants. » Et le maître l’amenait à une porte et prenait un objet tranchant comme un couteau ou un clou et lui perçait l’oreille.

    Christ, vous a tellement aimé, sa fiancée, qu’il, lui était le maître de toutes choses, l’héritier de l’univers et au-delà, il est devenu un serviteur en raison de son amour pour sa fiancée, en raison de son amour pour vous en tant qu’individu.

    A présent j’aimerais conclure en donnant une autre histoire issue de l’ancien testament qui est très importante. C’est l’une des plus mémorables de toute la Bible. Voilà ce que dit Dieu à un vieil homme : « Abraham, prends ton fils unique, que tu aimes, Isaac, et va dans le pays de Moriah, et offre le en sacrifice sur l’une des montagnes que je te dirai. »

    Remarquez le langage là. La Bible est inspirée, c’est la parole de Dieu et il y a de petites choses laissées ici et là, qui nous disent plus que ce que nous aurions pensé en premier.

    Dieu aurait pu dire cela d’une manière différente, mais écoute comment il parle à Abraham : « A présent prends ton fils, ton unique fils, que tu aimes. » Vous pensez qu’il est en train de parler de quelque chose de plus grand que le sacrifice d’un garçon nommé Isaac ? Et il dit : « Et va sur les terres de Moriah et offre le en sacrifice. »

    Nous connaissons tous cette histoire, le vieil homme rassemble ses affaires, et il s’en va.

    Il laisse ses serviteurs derrière au pied de la montagne et monte, et il s’apprête à offrir son fils en obéissance à Dieu. Peut-être qu’il avait pris le vieux couteau qu’il avait pris pour la circoncision, et il étend son bras en obéissant à la volonté de Dieu. Et juste avant que la lame atteigne la poitrine de son fils, l’unique fils qu’il aimait, il entend ceci : «  Abraham, Abraham, ne porte pas la main sur le garçon, ne lui fais pas de mal, car maintenant je sais que tu crains Dieu puisque tu ne m’as pas refusé ton fils unique. »

    Et Abraham leva les yeux et vit un bélier retenu par les cornes dans un buisson.

    Abraham appela ce lieu : Adonaï-Yireéh, le Seigneur pourvoira.

    Laissez-moi juste m’arrêter là une seconde. Les prêcheurs à la télévision, ils utilisent ce nom, Adonaï-Yireéh, et disent « En raison de cela il vous donnera une mercédès » Ils blasphèment, et ils ont montré les véritables intentions de leur cœur, qu’ils sont incroyants, et qu’ils ne connaissent pas Dieu. Parce qu’ils préfèrent posséder les choses de ce monde plutôt que ce que Dieu a réellement promis ici : Son fils, son unique fils, qu’il aime.

    Oui il pourvoira pour son peuple, mais mon cher ami, si vous avez Christ, de quoi d’autre avez-vous besoin ??

    Nous entendons cette histoire toucher à sa fin et nous pensons : « Waouh, merci Seigneur, le garçon a été épargné, quelle fin formidable »

    Le seul problème est que ce n’était pas la fin, c’était l’entracte.

    Et quand le rideau s’est ouvert à nouveau, vous le voyez lui, à une sombre étape, une faible lumière, une croix cruelle, et le fils de Dieu, son unique fils, qu’il aimait, suspendu à une croix. Et dans le but pour Dieu d’être capable de dire à Abraham : « Abraham, retire ta main de l’enfant, » Quand Christ était sur cette croix, c’est comme si le Père avait pris le couteau des mains d’Abraham et quand Christ s’est écrié :

    « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

    Il a dirigé le couteau directement dans le cœur de son propre enfant.

    Vous voyez, quelqu’un devait mourir en souffrant toute la colère de Dieu.

    Avez-vous déjà lu Esaïe 53 :10 : « Mais il a plu à Dieu de le briser par la souffrance ? »

    De le briser, que pensez-vous que cela veut dire, de le briser ??

    Vous voyez, pour être honnête avec vous, cela m’est égal si vous êtes comblé, si vous êtes épanouis, cela m’est égal si votre compte en banque est équilibré. Cette église n’est pas faite afin que vous ayez une meilleure vie dans ce monde, cette église, et les prédications ont un objectif, que vous soyez réconciliés avec Dieu, et que vous l’aimiez assez pour rejeter le monde comme si s’était de la boue, et de suivre Christ de tout votre cœur, votre âme, votre esprit et votre force.

    Et la motivation pour cela, pour un tel dévouement, ce n’est pas un prédicateur qui vous fait culpabiliser ou vous manipule avec les textes. Non, la motivation est là : il a versé son propre sang pour votre âme.

    Vous êtes complètement aimé dans l’état ou vous vous trouvez à présent. Si vous connaissez Christ, vous n’avez pas besoin de bouger d’un millimètre à droite ou à gauche pour être aimé plus que vous ne le serez pour l’éternité. Vous êtes aimés, c’est cela la motivation.

    Vous êtes totalement libre de la culpabilité, c’est cela la motivation. Christ a tout payé, à présent marchez dans cette liberté.

    Ne soyez plus effrayé, réjouissez-vous. Soyez investi par le fait qu’il a payé un tel prix.

    Je suis sûr que personne d’entre vous, même vous tous ensemble, je suis sûr que vous n’aviez pas, en tant qu’incroyant, la moitié de ma méchanceté. Mais la connaissance que vous étiez quelqu’un de répugnant vous dirige à vouloir Christ, alors ainsi soit-il.

    Christ, Christ, Jésus Christ.

    Il est tout, il n’y a rien d’autre. Non, non !!!

    « Qu’est-ce que nous obtiendrons, frère Paul, si nous venons dans cette église ? »

    Vous aurez Christ. Si cela n’est pas assez, il y a plein de groupe qui vous offriront toutes sortes de choses. C’est Christ, Christ dont vous avez besoin !!

    Et si vous l’avez, vous avez absolument tout. Tournez-vous vers Christ. Je dis aux jeunes enfants : Certains d’entre vous ont entendu parler de l’évangile que …. Certaines nations

    Enfants, repentez-vous, détournez-vous de votre péché et croyez en Christ.

    Adultes, vous êtes peut être là assis en disant : « Je n’ai jamais eu l’amour de Dieu dans mon cœur, ma religion est dans ma tête, cela ne veut rien dire. Repentez-vous et tournez-vous vers Christ.

    « Qu’est-ce que je dois faire ? Cherchez-le !! Et il se laissera trouver pour vous.

    Cherchez-le.

    Mais je ne sais pas comment ! Nous resterons ici toute la journée et toute la nuit en ouvrant les écritures pour vous. Mais nous ne resterons pas seulement pendant 5 minutes, en vous faisant croire que vous êtes sauvés.

    Faites confiance à Christ. Je vous en prie, faites confiance à Christ.

    Et vous les étudiants et autres, qui avaient tellement de plans pour vos vies, c’est peut-être ce que Dieu veut exactement pour vous. Je ne sais pas, mais je sais que : Vous devez le faire pour sa gloire. Pour ce qu’il a fait sur cette croix.

    Tous ce que vous faites, réalisez cela, vous étudiants.

    Si vous avez une passion pour Christ, cela ne veut pas dire que vous devez aller dans un ministère. Ce que vous devez comprendre est que si vous croyez réellement en Christ, il n’y a rien de séculier dans votre vie peu importe ce que vous deveniez, c’est saint pour le Seigneur, et c’est utilisé pour lui. Seulement pour lui, tout pour lui.

    Si vous avez besoin de parler de l’état de votre âme aujourd’hui, alors sachez que je serai là, et d’autre personne aussi.

    Parlez nous, nous aimerions partager avec vous. Si vous vous dites : « Je ne sais même pas si je suis sauvé ? »

    Nous ouvrirons les écritures et nous vous aiderons, en vous aidant à connaître de ce que les écritures disent sur le salut. Et si vous vous dites : « Mon cœur est triste. Je sais tout ce que je dois savoir mais mon cœur est triste. »

    Alors, cherchez le, cherchez le, cherchez le.

    Vous n’avez pas besoin du conseil d’homme, vous avez besoin de le chercher lui, tout seul. Cherchez le tout seul.

    Prions le Seigneur.

    Père, je viens devant toi aujourd’hui et je prie, oh Dieu.

    Seigneur, nous te remercions pour Jésus Christ.

    Nous te remercions, Seigneur, que le plus grand poète, le plus grand esprit de ce monde ne pourrait même pas commencer à comprendre ou exprimer la grandeur de Christ ou la beauté que cela inclut.

    Père, je prie pour ton peuple. Je prie pour ceux qui sont là aujourd’hui afin que tu les renforces dans l’amour pour Christ. Et que cet amour pour Christ les dirige.

    Mais Seigneur, tu nous aime plus que nous t’aimons. Seigneur, notre amour n’est pas constant, mais ton amour l’est et c’est une constante motivation.

    Oh, Dieu, travaille dans nos vies et dans nos cœurs.

    Change nous, transforme nous afin d’aimer simplement et que nous marchions avec ton fils.

    Au nom de Jésus, amen.

    « Alliance des Évangéliques avec L'ŒCUMÉNISMERecherchons la volonté de Dieu »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :