•   

     

    Parole 10: Tu ne convoiteras pas

    Parole 10: Tu ne convoiteras pas

    Le dixième commandement est peut-être le plus radical de tous. Il met clairement en valeur la dimension intérieure de la Loi qui ne condamne pas seulement les actes et les paroles, mais qui va à la racine: la convoitise. Celle-ci peut s'exprimer par un acte ou rester cachée, mais c'est avant tout une attitude du cœur.

    La convoitise, c'est désirer ce qui ne nous appartient pas, ce que Dieu ne juge pas utile de nous donner. Ce commandement porte un coup direct aux racines matérialistes de notre culture occidentale, et à sa recherche du plaisir. Souvent médias et publicités s'acharnent à instiller la convoitise dans notre esprit, ils nous maintiennent dans une insatisfaction permanente.

    Ce n'est pas convoiter que désirer faire prospérer nos affaires, recevoir le salaire de notre travail, ou l'aide nécessaire pour répondre à nos besoins. Mais il est malsain de vouloir acquérir un bien simplement parce qu'un autre le possède. Pourquoi chercher sans cesse à posséder plus que ce qui nous est nécessaire? Une des conséquences négatives de notre matérialisme et de notre égoïsme est l'indifférence envers les pauvres, près de nous comme dans le monde entier.

    La convoitise nous asservit au péché et elle étouffe le message de la Parole de Dieu. Même les chrétiens peuvent vivre sous son emprise. Seul l'Esprit de Dieu peut nous délivrer de leur influence: “Marchez par l'Esprit, et vous n'accomplirez pas la convoitise de la chair” (Galates 5. 16). L'apôtre Paul écrivait: “J'ai appris à être content dans les situations où je me trouve” (Philippiens 4. 11).

     

    Gloria
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

      Le choix de la foi

     


     

                                                  

    Le choix de la foi

                       

        Lorsque Moïse était encore avec ses parents, ils l'ont éduqué conformément à    leur foi.         

             Puis,  très jeune, il a été enlevé à sa famille pour vivre à la cour du Pharaon. Allait-il oublier les   convictions et l'enseignement de ses parents?

       La foi n'est pas héréditaire. Même si un jeune a des parents chrétiens, il doit personnellement se repentir, se tourner vers le Seigneur et faire le choix de la foi. Il va devoir prendre des décisions qui engageront toute sa vie, et il les prendra par la foi, c'est-à-dire avec le profond désir de comprendre et de suivre le chemin que Dieu trace pour lui.

    À l'âge adulte, Moïse a pris une position claire et sans compromis, en faveur du peuple de Dieu. Il était conscient de tout ce à quoi il renonçait: une vie de luxe, de richesse et de pouvoir à la cour du roi. Au lieu de cela, il a choisi “l'affliction avec le peuple de Dieu” et “l'opprobre du Christ”. C'est par la foi seulement qu'il pouvait estimer la valeur véritable de ce qu'il choisissait car, à vue humaine, c'était un grand sacrifice que de renoncer à faire carrière à la cour du Pharaon.

    Mais sa foi lui a fait comprendre que les “délices du péché”, à la cour du roi, ne seraient que “pour un temps”. Il ne s'est donc pas laissé éblouir par les “richesses de l'Égypte”. Une vie de communion avec Dieu et son peuple, avait bien plus de valeur; c'était pour lui “un plus grand trésor”.

        Quelle valeur a pour nous l'approbation de Dieu dans notre vie?



     GloriaV
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

      L'œuvre parfaite du Seigneur

     

                                

                         

                       

        L'œuvre parfaite du Seigneur

                  C'est avec joie et conviction que chaque croyant dit peut                    Jésus Christ lui-même a porté mes péchés sur la   croix.         Quelle richesse dans ces quelques mots!

           Il a lui-même accompli l'œuvre expiatoire. Il a subi le jugement       du Dieu juste et saint, celui que méritaient nos fautes.   Ni    ange, ni homme, personne ne pouvait accomplir cette œuvre, sinon le Fils de Dieu, devenu homme.

    Il a porté nos péchés sur la croix. Le Seigneur Jésus n'est pas mort pour une idée ou une doctrine. Non, il a donné sa vie pour nous. Chacune de nos mauvaises actions, chaque mauvaise pensée, chaque parole désobligeante ou inconvenante, tout a pesé sur ce divin Substitut (ou: remplaçant): il a pris sur lui, à notre place, nos errements, nos crimes et leurs conséquences devant Dieu. Il les a portés en son corps. C'est seulement parce qu'il était homme qu'il pouvait souffrir et mourir pour des hommes. Dieu a fait tomber sur lui, comme s'il avait été lui-même le coupable, le châtiment que nous avions mérité.

    L'expression sur le bois fait allusion à la croix où il a, durant les trois heures de ténèbres, subi le jugement qui nous était destiné. Ce n'était pas sa vie parfaite qui pouvait nous sauver, mais “Christ est mort pour nos péchés” (1 Corinthiens 15. 3).

    Il a porté nos péchés. Quel fardeau a pesé sur lui! Combien a été terrible pour lui l'abandon de son Dieu, à cause de nos offenses! Sur  cette œuvre parfaite reposent la sécurité de notre salut, la paix     pour notre conscience, les promesses de bénédiction de notre  Dieu.


    Firma
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique