• NE CHERCHONS PAS A REBÂTIR JÉRICHO

     

    NE CHERCHONS PAS A REBÂTIR JÉRICHO !

    Par Jean-Marie Chevrier

     

    Texte de base : « Ce fut alors que Josué jura : ‘Maudit soit devant l’Éternel l’homme qui se lèvera pour reconstruire cette ville de Jéricho ! Il en jettera les fondations au prix de son fils aîné et il en posera les portes au prix de son plus jeune fils’. »

    [Josué 6 : 26]

    1. 1- Contexte historique : le pays de Canaan et Jéricho
    2. 2- Contexte spirituel. Point de vue eschatologique
    3. 3- La conquête et la prise de Jéricho : un défi à relever pour Israël. Les stratégies de guerre.
    4. 4- Conséquences spirituelles pour l’Église et les chrétiens : qui est Jéricho ?
    5. 5- Le combat spirituel : ne pas rebâtir Jéricho !

      

    1. Contexte historique : Jéricho et le pays de Canaan

    Jéricho, qui signifie « lieu de parfums » ou « ville des palmiers » est un mystère, une énigme. Déjà les historiens et les archéologues ont eu des difficultés et des conflits par rapport à l’histoire et surtout aux dates de l’existence de la ville de Jéricho.

    De nombreuses études ont été faites à partir des fouilles de la ville avec la datation au carbone 14. Des premières conclusions ont été émises situant l’origine de la ville vers le 9ème millénaire avant Jésus-Christ. D’autres études ont ramené son origine vers 4500 ans avant notre ère. Ce qui est certain, c’est que 4 villes ont successivement été bâties puis détruites (vraisemblablement par des séismes) puis rebâties et fortifiées. On a retrouvé quantités de tombes anciennes contenant des ossements mais aussi des bijoux ornés de scarabées, objets divers et de nombreux débris de poteries. Plusieurs peuplades ont donc vécu à Jéricho et toutes étaient particulièrement idolâtres.

    Finalement, ce sont les archéologues britanniques John Garstang et Kathleen Kennyon, qui, après de nouvelles études stratigraphiques poussées, ont finalement affirmé (avec toutes les réserves scientifiques d’usage) dans les années 50 que la dernière grande destruction de la ville de Jéricho se situerait très possiblement entre 1400 et 1500 avant Jésus-Christ, ce qui correspond aux écrits bibliques concernant les campagnes de conquête de Josué.

    Le pays de Canaan est occupé depuis longtemps par des peuplades diverses : les Hittites, les Amorites (Amoréens), les Cananéens, les Hivites, les Guirgashites, et les Jébusiens. Tous descendent de Canaan fils de Cham, second fils de Noé, sur qui Noé avait prononcé une malédiction. En sus, il y a vaient les Moabites et les Ammonites, descendants de Lot, sur qui Dieu avait aussi prononcé une malédiction perpétuelle, plus des descendants d’Abraham par Ketura, parmi lesquels les madianites.

    Chacun de ces peuples avait des coutumes particulières et surtout des religions entièrement basées sur l’idolâtrie, la perversité sexuelle et le meurtre.

    Ainsi les Hittites, qui avaient d’abord émigré en Turquie (Anatolie) pratiquaient la magie, la divination et adoraient, entre autres, la déesse Arina (soleil) ; les Amorites, qui venaient de Mésopotamie (Babylone) adoraient Sin (dieu lunaire) et Ishtar (Astarté).

    1. Contexte spirituel ; point de vue eschatologique

    Jéricho est un centre d’activités démoniaques très intense depuis plusieurs siècles, depuis que toutes ces peuplades demeurent en Canaan. Des principautés règnent sur la ville et sur tout le pays de Canaan. La Bible nous parle du roi de Jéricho, tout comme elle nous parle du roi de Tyr- Hiram -et du prince de Tyr-Lucifer.

    Plusieurs rois vont se succéder à Jéricho et à chaque fois des évènements tragiques vont se passer, toujours à cause de l’inconduite des habitants et de leurs chefs.

    Jéricho est une forteresse dédiée aux idoles depuis sa première fondation.

    Le nom même de Jéricho vient de l’arabe Riha, de l’hébreu Yeriho et du grec Yerickow. La racine du nom est sémitique « whr » et signifie « lune ». Il y a évidemment un rapport direct avec l’islam qui comme on le sait est une religion qui pratique le culte lunaire.

    Ismaël est l’ancêtre des peuples arabes dont la plupart, dans l’islam adorent « Allah » qui n’est autre que le dieu lunaire Sin.

    Tous les peuples ayant séjourné à Jéricho pratiquaient les cultes babyloniens, sumériens et égyptiens ce qu’on appelle les « religions à mystères ». Ce n’est donc pas par hasard que Jéricho et tout le pays de Canaan, situé dans l’actuelle Cisjordanie à l’ouest du Jourdain, se trouve être au cœur même du conflit israélo-palestinien qui dure depuis des décennies, en tout état de cause depuis la proclamation de l’État hébreu par les Nations Unies et David Ben Gourion le 14 mai 1948.

    1. La conquête et la prise de Jéricho : un défi pour Israël-les stratégies de guerre.

    Israël est un peuple de défis et de conquêtes.

    Déjà géographiquement et historiquement, ce pays est un lieu hautement stratégique. Il est l’objet à la fois de toute la haine du monde et de toutes les convoitises, surtout de la part des pays arabo-musulmans, et la Bible nous le prouve largement. C’est l’éternelle lutte entre la descendance du fils de la promesse (Isaac) et celle de la chair (Ismaël)

    Dès le commencement, Noé releva le défi de construire une arche pour sauver sa famille de la perversité du monde, malgré les moqueries de ses contemporains.

    Abraham du relever deux défis d’importance : le premier, celui de conduire sa famille dans un pays qu’il ne connaissait pas ; le second, celui d’accepter de sacrifier son fils bien-aimé.

    Moïse lui aussi, fut mis au défi de conduire un peuple de plus de 3 millions de personnes vers ce pays de Canaan, après avoir mis Pharaon au défi de libérer ce peuple.

    Voici que Josué, général d’armée, est mis au défi de poursuivre l’œuvre inachevée de son prédécesseur pour amener ce même peuple à bon port à Canaan.

    Pour relever cet ultime défi, Josué va user de stratégies militaires bien étudiées.

    Jéricho est la première grande ville à conquérir pour prendre possession de Canaan.

    Si Jéricho n’est pas conquise, alors Canaan ne sera plus qu’un lointain souvenir.

    Josué établi un plan en 4 étapes :

    1ère étape : Sittim (les acacias)

    A Sittim, Josué reçoit les instructions de la part de l’Éternel et les transmet à ses officiers ; en même temps il envoie deux espions en reconnaissance à Jéricho où ils sont accueillis par Rahab la prostituée.

    Sittim est un lieu d’attente et de préparation

    2ème étape : Traversée du Jourdain (Jordanie à l’Est)

    On se rappelle la traversée de la Mer Rouge par Moïse. Intervention miraculeuse de l’Éternel.

    Signification du Jourdain : c’est le seul fleuve de tout le pays d’Israël, (qui aboutit à la Mer Morte). Il partage le pays dans quasiment toute sa longueur. Signe de séparation et en même temps sert de jointure. Lieu de guérison (Naaman), lieu de régénération et de pardon (baptême de Jean) et de commencement (baptême de Jésus).

    3ème étape : Guilgal (action de rouler)

    Lieu de campement face à Jéricho.

    C’est là que Josué va procéder à la circoncision de la nouvelle génération d’Israélites. Renouvellement de l’Alliance avec Dieu et célébration de la Pâque.

    Signification spirituelle : préparation pour un nouveau départ. Accomplissement de la volonté parfaite de Dieu pour son peuple.

    4ème étape : Jéricho et sa chute

    Seul Dieu pouvait faire que les murailles de la ville s’effondrent car humainement, même avec les meilleurs moyens de l’époque, il était impossible de prendre cette forteresse.

    La ville est rasée et dévouée par interdit.

    1. Conséquences spirituelles pour l’Église et les chrétiens. Qui est Jéricho ?

    Jéricho est une forteresse apparemment impossible à conquérir.

    Pourtant l’histoire montre qu’elle a été détruite plusieurs fois et reconstruite ensuite.

    Elle a donc des faiblesses cachées.

    Les faiblesses cachées de Jéricho c’étaient son idolâtrie et son arrogance par la taille de ses constructions et de ses fortifications. Elle possédait même une tour de 10m de hauteur qui, à l’image de celle de Babel voulait défier le Dieu Très-Haut !

    Jéricho est aussi un révélateur de nos impossibilités et de nos échecs ; et pourtant elle nous lance un défi : celui de les vaincre par la foi, comme l’a fait Israël, parce qu’il était conduit par un homme de foi et de convictions.

     

    Josué est un type de Christ.

    Si nous nous laissons diriger par Christ, alors aucune forteresse ne nous résistera !

    Dans Marc 11 :24 Jésus nous enseigne : « Je vous le dis en vérité, si quelqu’un dit à cette montagne : Retire-toi de là et jette-toi dans la mer, et s’il ne doute pas dans son cœur mais croit que ce qu’il dit arrive, il le verra s’accomplir. »

    Jéricho représente plusieurs choses :

    1. Jéricho c’est le monde déchu, idolâtre, impie, cruel, ennemi de Dieu.

     

    1. Jéricho c’est l’Église apostate séduite par le monde et ses richesses. C’est Laodicée qui se croit riche et forte mais qui par son orgueil s’est détournée de Dieu.

    C’est le monde religieux qui, par hypocrisie, fait semblant de connaître Dieu et se repose sur ses « bonnes œuvres ».

    1. Jéricho c’est toi bien-aimé. L’orgueil, la méchanceté, l’hypocrisie, l’arrogance, le manque d’amour et de pardon.

    Tu t’es bâtie une forteresse, tes murs paraissent infranchissables ; tu crois que rien ne peut t’atteindre. Ton péché a créé des fortifications autour de ta vie et seul Christ par son sacrifice sanglant pourra te secourir.

     

    Bien-aimé, si tu ne conquiers pas Jéricho, c’est Jéricho qui te vaincra et tu deviendras comme elle.

    Si tu veux conquérir Jéricho, tu dois d’abord te laisser conquérir par l’Amour de Christ qui seul pourra abattre tes murailles.

    Qui est donc Jéricho ?

     

    Jéricho représente le dernier grand obstacle que tu dois surmonter pour entrer dans ta destinée, dans le plan que Dieu a dressé pour ta vie.

    Jéricho est le passage obligé pour monter à Jérusalem. C’est là qu’est ta destinée : JÉRUSALEM- Habitation de la paix

     

             Mais le chemin est dur et escarpé pour y arriver (géographiquement, Jéricho est située à -240m sous le niveau de la mer).

    Il faut monter pour aller à Jérusalem. Si tu arrives à vaincre Jéricho tu pourras continuer ta route vers Jérusalem.

    Mais il y a 2 conditions à respecter IMPÉRATIVEMENT

    1. Dévouer par interdit

    C’est-à-dire tuer tout ce qui dans ta vie, t’empêche de vivre ta marche chrétienne. Tu ne dois rien laisser subsister, pas même une mouche !

    1. Ne pas chercher à rebâtir Jéricho !

       Josué a prononcé une malédiction sur « quiconque rebâtirait Jéricho » (6 :26)

             «  Maudit soit devant l’Éternel l’homme qui se lèvera pour reconstruire cette ville de Jéricho ! Il en jettera les fondations au prix de son fils aîné et il en posera les portes au prix de son plus jeune fils (cadet). »

               Si tu cherches à rebâtir Jéricho, tu es semblable au chien qui retourne à son vomi ou à la truie qui se vautre dans son bourbier.

    C’est ce qu’a fait Hiel de Béthel au temps d’Achab, le roi maudit, et il l’a payé au prix de ses deux enfants Abiram et Segub.

    Signification : si tu jettes de nouveau les fondations tu perdras ton fils aîné, et si tu reposes les portes tu perdras aussi ton second fils.

    Le fils aîné dans une famille c’est celui qui perpétue la lignée, le nom, qui hérite le rang, la situation et les prérogatives du père. Il devient chef de famille ou de tribu ; il hérite aussi une portion double des biens paternels.

    Le fils cadet est celui qui devait reprendre l’héritage et le nom en cas de décès du fils aîné.

    En perdant les deux fils, Hiel de Béthel a perdu la possibilité de transmettre son héritage et son nom à la génération suivante.

    Si tu perds tes deux fils en voulant retourner à ton ancienne condition, tu perdras de même la possibilité de transmettre ton héritage et ton nom. Or un héritage qui ne peut se transmettre est définitivement perdu !

    Signification des fondations et des portes

     

    Porte : Sha’ar en hébreu signifie « les portes, lieux, ville » Deleth aussi signifie « portes, battants »

    La porte sert à passer d’une pièce à l’autre, à entrer dans une ville, c’est un moyen de communication, un moyen d’accès.

    Dans l’occultisme la porte est un moyen de transfert de puissance mystique, occulte.

    C’est aussi par les portes que nous ouvrons que les esprits impurs entrent dans nos vies. (Eph 4:26, 27 – 2Co 11:4 – 2Co 2:11)

    Dans notre vie chrétienne, la porte par excellence c’est Jésus-Christ (Jn 10 :9)

     

    Les fondations

    C’est ce sur quoi est bâtie notre vie. Dans la vie spirituelle ce sont nos fondements qui vont déterminer notre avenir.

    Exemple dans la Bible : Abraham, Isaac et Jacob ont chacun posé des fondements (Ps 105 :6-10) :

    « Postérité d’Abraham, son serviteur,

    Enfants de Jacob ses élus !

    L’Éternel est notre Dieu ;

    Ses jugements s’exercent sur toute la terre.

    Il se rappelle à toujours son alliance,

    Ses promesses pour mille générations,

    L’alliance qu’il a traitée avec Abraham,

    Et le serment qu’il a fait à Isaac ;

    Il l’a érigé pour Jacob en loi,

    Pour Israël en alliance éternelle. »

    Ce sont les fondations posées par Abraham et Jacob qui ont permis à Israël d’avoir une alliance éternelle.

    C’est pourquoi, la terre d’Israël appartient aux Hébreux éternellement et que personne ne peut les en déposséder.

    1. Le combat spirituel : ne pas rebâtir Jéricho !

     

    Il convient d’abord de détruire les esprits cananéens qui bloquent l’accès à la forteresse de Jéricho.

     

    • Des Hittites
    • Des Amorites
    • Des Phéréziens
    • Des Hivites
    • Des Guirgasiens
    • Des Jébusiens

    pour ensuite détruire les anciennes fondations et les portes de nos vies puis enfin rebâtir sur de nouveaux fondements afin d’hériter les promesses de Dieu.

     

    • Destruction des alliances scellées avec des dieux étrangers,
    • Destruction des fondations établies à partir d’offrandes, libations, sacrifices, consécrations à des idoles par nos parents, grands-parents depuis la 4è et la 10è génération.
    • Destruction des fondations et des portes ouvertes par nos parents à la sorcellerie, à l’envoûtement, à la mort prématurée, aux échecs (spirituels, matériels, financiers, maritaux), au non-accomplissement, depuis mon village ou ma ville ou mon lieu de naissance.
    • Destruction des autels de Baal et fondations dressés et établis par nos parents et grands-parents depuis la 4è et la 10è génération à Satan, aux démons, aux puissances des eaux (fleuve, lagune, rivière), des forêts (bois sacrés), des montagnes (pierre, rocher, colline), de la terre et des astres (soleil, lune, étoiles)
    • http://www.michelledastier.com
    « UN CŒUR QUI SE LAISSE SONDERACTUALITÉ ISRAÉLIENNE »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    5
    MARIE DELPHINE
    Mercredi 5 Décembre à 15:01
    waouuuh
    4
    OGG
    Vendredi 19 Octobre à 19:58
    Je ne connaissais pas la prière de Jéricho je l'ai fait par hasard et des murs sont tombés
      • Mercredi 7 Novembre à 01:04

        Amen amen gloire à Dieu

    3
    Emmanuel
    Mardi 24 Avril à 03:45
    J'ai trop aimé. Très édifiant, demeurez bénis
      • Mercredi 7 Novembre à 01:05

        Vous avez été béni. Amen

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :